NOUVELLES
22/04/2015 06:04 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Droits humains : un Birman, une Guinéenne et un Emirati nominés pour le prix Martin-Ennals

Trois défenseurs des droits humains, un Birman, une Guinéenne et un Emirati ont été nominés mercredi pour le prix Martin Ennals 2015, principale distinction du mouvements des droits de l'Homme, considéré comme le "Nobel" des droits de l'homme.

Le jury, composé de dix ONG, a sélectionné Robert Sann Aung (Birmanie), Asmaou Diallo (Guinée) et Ahmed Mansoor (Emirats arabes unis), selon un communiqué publié à Genève.

Le lauréat de ce prix sera annoncé en octobre prochain à Genève.

Ce prix est attribué chaque année par dix organisations, dont Amnesty International, Human Rights Watch et la Fédération internationale des droits de l'homme.

Avocat spécialisé dans la défense des droits de l'Homme, Robert Sann Aung a été plusieurs fois emprisonné dans des conditions difficiles, attaqué et régulièrement menacé en Birmanie.

Cet avocat a notamment défendu des enfants-soldats emprisonnés, des opposants à une mine de cuivre contestée, des manifestants pacifiques, des personnes dont la terre avait été confisquée par la junte militaire, ainsi que des étudiants activistes.

Asmaou Diallo, une mère de famille guinéenne, milite pour que justice soit faite pour les victimes de la répression de manifestants pacifiques par l'armée le 28 septembre 2009. Plus de 150 d'entre eux, dont son fils, ont été tués, plusieurs centaines blessés et plus de 100 femmes violées.

Elle a fondé l'Association des Parents et Amis des Victimes du 28 septembre 2009 (APIVA) et son travail a contribué à faire inculper onze personnes dont des officiers supérieurs.

Ahmed Mansoor est un militant des droits de l'Homme spécialisé dans la liberté d'expression et les droits civils et politiques aux Emirats. En 2006 et 2007, il a notamment mené une campagne en soutien à deux personnes emprisonnées pour avoir formulé des critiques sur la situation sociale aux Émirats arabes unis.

Cette campagne a abouti à la libération de ces deux personnes.

Selon le jury, "Ahmed Mansoor est l'une des rares voix aux Émirats arabes unis qui s'élève pour fournir une évaluation crédible et indépendante des développements relatifs aux droits humains".

Il a été emprisonné en 2011. Depuis lors, il est privé de passeport et une interdiction de voyage a été prononcée contre lui.

Le prix Martin Ennals, du nom d'un activiste britannique décédé en 1991 et qui a été Secrétaire général d'Amnesty International, a été créé en 1993 pour honorer ceux qui font preuve d'un "courage exceptionnel" pour défendre les droits de l'Homme.

La Fondation Martin Ennals est présidée par Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération helvétique.

En 2014, le prix a été décerné à une avocate mexicaine, Alejandra Ancheita.

mnb/ach/at

mnb