POLITIQUE
22/04/2015 02:56 EDT | Actualisé 22/04/2015 03:51 EDT

Course à la direction du PQ: Pierre Karl Péladeau se réjouit du ralliement de Bernard Drainville

C'est avec le sourire désarmant de quelqu'un qui vient de réaliser un gain important que Pierre Karl Péladeau a commenté la décision surprise de Bernard Drainville de rejoindre son camp, mercredi. « C'est la journée de Bernard », a concédé, bon prince, le député de Saint-Jérôme dans les couloirs de l'Assemblée nationale à Québec.

Pierre Karl Péladeau a salué la décision « courageuse » prise par Bernard Drainville, « un homme qui s'est tenu debout dans des situations pas toujours faciles ».

Un peu plus tôt, par voie de communiqué, M. Péladeau avait remercié son ancien adversaire « d'amorcer dès maintenant le rassemblement de nos forces ».

« Bernard est très apprécié et très respecté au sein du parti et auprès de nos collègues de l'aile parlementaire. Nous allons continuer à travailler ensemble », d'ajouter M. Péladeau.

Rappelons que Bernard Drainville a décidé de renoncer à briguer la direction du Parti québécois, au profit du député de Saint-Jérôme.

« Bernard et moi avons eu l'occasion de parler et d'échanger sur l'indépendance du Québec et les modalités d'accession à notre objectif. Comme nous formons un parti dont les militants partagent l'objectif de l'article premier du programme du parti, il est bien naturel que nous engagions de façon permanente un dialogue avec les militants, les sympathisants et tous les autres citoyens qui partagent le même objectif. »

— Pierre Karl Péladeau, député de Saint-Jérôme et candidat à la direction du PQ

Tant Pierre Karl Péladeau que Bernard Drainville entendent réclamer du gouvernement de Philippe Couillard qu'il instaure une clause destinée à ne pas appauvrir les employés du secteur public. Ils veulent également libérer le Québec du joug du pétrole d'ici 2050.

Avec Bernard Drainville se joignent à l'équipe de Pierre Karl Péladeau les députés suivants : Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, Guy Leclair, député de Beauharnois, Sylvain Roy, député de Bonaventure, Alain Therrien, député de Sanguinet, et Mathieu Traversy, député de Terrebonne.

Martine Ouellet surprise

Les adversaires encore sur les rangs dans la course à la direction n'ont pas tardé à réagir à leur tour. Il y a d'abord la surprise de Martine Ouellet pour qui les propos tenus par Bernard Drainville jusque-là « ne permettaient pas d'indiquer qu'il irait dans ce sens ».

Mme Ouellet a profité de l'occasion pour rappeller, une fois de plus, qu'elle est « la seule candidate à avoir une démarche claire, structurée » et qui s'engage à réaliser l'indépendance durant le premier mandat. Mme Ouellet entend aussi, si élue, recentrer le parti sur la sociale démocratie.

Pierre Céré, lui, n'est pas surpris. Il est toutefois déçu par ce qu'il qualifie d'« abandon » de la part de M. Drainville. Il y voit des tractations de coulisses « sans égard pour ses appuis ».

« La course n'est pas finie. Il reste encore trois semaines et deux débats officiels », rappelle M. Céré sur son compte Twitter.

Le député Pascal Bérubé, organisateur de Pierre Karl Péladeau, estime que M. Drainville a su voir en lui « sa capacité d'écouter, de rassembler, de faire de la place à tout le monde, de travailler en équipe » et surtout qu'il est animé par la conviction de « faire du Québec un pays ».

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, se garde de se mêler des choix du Parti québécois, non sans ironie. « Je veux laisser les militants du PQ choisir le chef du PQ et de continuer de travailler sur le pays imaginaire », dit-il.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 7 bourdes de PKP en politique Voyez les images