NOUVELLES
22/04/2015 07:04 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

C1 - FC Barcelone: Iniesta, le magicien des phases finales

D'un coup de baguette, Andres Iniesta a ébloui le Camp Nou: son époustouflant slalom mardi face au Paris SG (2-0) a expédié le FC Barcelone en demi-finale de Ligue des champions et rappelé que la magie de l'Espagnol opérait toujours lors des matches couperets.

A la 14e minute de jeu mardi soir, le génie de Fuentealbilla a sorti une merveille de la Manche, sa région natale. Parti de son propre camp, il a effacé un adversaire sur son contrôle, puis deux autres en dribble, avant de remonter tout le terrain, de fixer la défense et de servir Neymar, qui a marqué le premier de ses deux buts du match.

Le stade a rugi de plaisir et a scandé le nom d'Iniesta, dont la saison avait été jusque-là plutôt discrète.

Il faut dire que l'éclosion de Neymar et l'effacement progressif de Xavi ont complètement bouleversé le rôle du milieu international espagnol (30 ans, 103 sélections).

Autrefois plus déséquilibrant, plus haut sur l'aile gauche, il était souvent celui par qui la lumière arrivait. Mais Neymar occupe désormais le flanc gauche et il faut bien quelqu'un pour succéder à Xavi (35 ans) pour le capitanat et l'organisation du jeu.

Alors, a-t-on retrouvé le grand Iniesta mardi soir? "Je ne suis jamais parti", a répondu l'intéressé au micro de Canal+ Espagne. "J'essaie toujours de bien faire les choses et je crois qu'on peut toujours tout améliorer."

Même s'il n'a joué que la première période mardi et même s'il va devoir confirmer dans les prochaines semaines, ces 45 minutes ont été ses meilleures depuis bien longtemps, comme l'a unanimement reconnu la presse espagnole.

- "Des tours dans son chapeau" -

"Le magicien de Fuentealbilla a gardé des tours dans son chapeau en vue des plus beaux galas", s'est extasié le quotidien sportif barcelonais Mundo Deportivo.

Outre son épatant slalom, le capitaine barcelonais a signé un récital complet, alors qu'il était à peine remis d'une contusion au niveau du bassin: 93% de réussite dans ses passes, une grande participation à la défense et au pressing, une belle complicité technique avec Neymar ou Lionel Messi et puis des gestes de classe, comme ce grand pont réussi en pleine surface adverse...

De quoi rappeler les meilleures heures de "Don Andres", unique buteur de l'Espagne en finale du Mondial-2010 (1-0 a.p.) face aux Pays-Bas et meilleur joueur de la finale de l'Euro-2012 gagnée contre l'Italie (4-0).

Iniesta a d'ailleurs souvent été décisif dans ce genre de matches irrespirables, où sa technique et sa clairvoyance font merveille. On se souvient notamment de sa frappe salvatrice à la 93e minute de la demi-finale de C1 en 2009 face à Chelsea (1-1), qui avait expédié le Barça vers la finale et vers le titre européen.

Cela tombe bien, les matches décisifs arrivent: le Barça jouera une demi-finale de Ligue des champions début mai.

Entre les deux manches, le 11 mai, Iniesta fêtera ses 31 ans, mais l'âge est loin de le faire renoncer à ses ambitions. "Nous en sommes là et nous devons essayer d'atteindre une possible finale", a déjà prévenu le magicien espagnol.

jed/tba