NOUVELLES
22/04/2015 12:00 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Bangladesh: nouvelle attaque contre la leader de l'opposition

Une foule armée de bâtons et de pierres a attaqué mercredi à Dacca pour le troisième jour consécutif la voiture de la cheffe de l'opposition au Bangladesh, Khaleda Zia, endommageant des véhicules de son convoi et blessant au moins deux personnes.

Une vidéo de la chaîne de télévision privée Bangla Vision montre des dizaines de personnes s'en prendre au convoi, frappant l'un des gardes de Mme Zia qui tentait de s'échapper. Une vitre de la voiture de Khaleda Zia a été brisée.

Un ancien chef de la police nationale, désormais assistant de Mme Zia, a également été blessé dans l'attaque.

Elle est survenue alors que Mme Zia, 69 ans, qui a été deux fois Première ministre, fait campagne pour des candidats de son parti Bangladesh Nationalist Party (BNP) aux élections municipales de fin avril, où ils brigue les mairies des grandes villes de Dacca (centre) et Chittagong (sud).

"C'était une attaque planifiée et soutenue par le gouvernement. Sept véhicules de son convoi ont été vandalisés", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la dirigeante, Shimul Biswas.

"L'objectif de ces attaques est de la forcer à arrêter sa campagne électorale", a-t-il dit.

Lundi, la voiture dans laquelle circulait la dirigeante de l'opposition au Bangladesh avait essuyé plusieurs tirs alors qu'elle s'était arrêtée dans un marché à Dacca.

Le lendemain, son convoi a été la cible de plusieurs jets de pierres par la foule.

Khaleda Zia avait été "confinée" dans ses bureaux par les autorités pendant plus de trois mois à partir du 3 janvier, date à laquelle elle avait appelé ses partisans à mettre en oeuvre un blocus des transports pour tenter de renverser le gouvernement de sa rivale, la Première ministre Sheikh Hasina.

Les violences qui ont suivi son appel au blocus et son assignation à résidence avaient fait plus de 120 morts. Les partisans de l'opposition avaient lancé des bombes incendiaires contre des autobus et des camions tandis que la police avait répliqué à balles réelles.

sa/mtp/dac/cls