Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Somalie: l'attaque d'un véhicule de l'ONU fait 6 morts et plusieurs blessés

GRAPHIC CONTENTBlood is seen in the shell of a UN van following a bomb attack that killed at least six UN workers on April 20, 2015 in the northeastern town of Garowe. Somalia's Al-Qaeda-affiliated Shebab insurgents claimed responsibility for the attack, in which they exploded a huge bomb in a staff bus, branding the United Nations a 'colonisation force in Somalia'. AFP PHOTO/STRINGER        (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)
GRAPHIC CONTENTBlood is seen in the shell of a UN van following a bomb attack that killed at least six UN workers on April 20, 2015 in the northeastern town of Garowe. Somalia's Al-Qaeda-affiliated Shebab insurgents claimed responsibility for the attack, in which they exploded a huge bomb in a staff bus, branding the United Nations a 'colonisation force in Somalia'. AFP PHOTO/STRINGER (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)

MOGADISCIO, Somalie - L'explosion d'une bombe qui avait été apparemment dissimulée sous un des sièges d'un autobus transportant des employés des Nations unies (ONU) a provoqué la mort d'au moins 6 personnes et en a blessé plusieurs autres, lundi, en Somalie.

Le bilan provisoire a été établi par la police somalienne et par des représentants de l'ONU. L'attaque a été revendiquée peu après par le groupe terroriste Al-Shabab lié au réseau Al-Qaïda.

Un représentant des Nations unies en Somalie, Nicholas Kay, a condamné l'attentat, ajoutant qu'il était dévasté par la perte de vies.

L'attaque s'est produite à Garowe, une petite localité située à environ 1200 kilomètres au nord de la capitale, Mogadiscio, près de la frontière avec l'Éthiopie. Il semble que la bombe ait été actionnée par une télécommande.

Les attentats à la bombe ne sont pas très fréquents dans le nord de la Somalie. Les attaques d'Al-Shabab se produisent habituellement dans les secteurs plus au sud, près de la frontière avec le Kenya.

Plus tôt en avril, Al-Shabab a soutenu avoir été l'auteur du carnage dans une université du Kenya qui a fait 148 morts.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.