Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le policier qui a menacé un itinérant de l'attacher à un poteau devant le Comité de déontologie

Le policier qui avait été filmé alors qu'il menaçait d'attacher un sans-abri montréalais à un poteau en janvier 2014 comparaîtra devant le Comité de déontologie policière à la fin du mois, a appris Radio-Canada.

Un article de Bahador Zabihiyan

En janvier 2014, le policier Pierre-Luc Gauthier avait été filmé par un passant alors qu'il demandait à un sans-abri très peu chaudement vêtu d'arrêter de quémander de manière insistante à la sortie du métro Jean-Talon.

« Je te le dis, si j'ai un autre appel au 911 pour toi, je t'attache une heure après le poteau, puis je te le jure, regarde-moi dans les yeux », disait M. Gauthier.

Dans la vidéo de 47 secondes, M. Gauthier expliquait à l'itinérant que plusieurs citoyens s'étaient plaints de son comportement. L'air hagard, l'itinérant était vêtu d'un tee-shirt et d'un bermuda, en plein hiver.

Le collègue de M. Gauthier, Vincent Marcotte, observait l'intervention depuis l'autopatrouille.

Le bureau du Commissaire à la déontologie policière a mené une enquête et a finalement estimé qu'il y avait assez d'éléments de preuve pour citer les deux policiers à comparaître devant le Comité de déontologie policière.

Les audiences devant ce tribunal administratif débutent le 27 avril, et se poursuivront jusqu'au 8 mai.

Abus d'autorité, dit le commissaire à la déontologie policière

Dans la citation à comparaître, le commissaire reproche à M. Gauthier d'avoir « abusé de son autorité » en « intimidant » la personne itinérante. Il estime aussi que l'agent n'est pas intervenu auprès de la personne itinérante en vertu des dispositions de la « Loi sur la protection des personnes dont l'état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui ».

Le commissaire écrit aussi que le policier Pierre-Luc Gauthier a posé des actes ou a tenu des « propos injurieux » fondés sur la condition sociale de la personne itinérante, lui a manqué de « respect ou de politesse », et a négligé « de prendre les moyens nécessaires pour préserver » la santé de la personne itinérante en présence de « conditions climatiques rigoureuses ».

Le collègue du policier, Vincent Marcotte, est aussi cité à comparaître. Le commissaire lui reproche de ne pas avoir pris les moyens nécessaires pour préserver la santé de la personne itinérante « en présence de conditions climatiques rigoureuses ». Il lui est aussi reproché de ne pas être intervenu « face aux manquements déontologiques de l'agent Pierre-Luc Gauthier », selon la citation à comparaître.

Comparution devant le comité de déontologie policière

Le Comité de déontologie policière, qui est un tribunal administratif, décidera si la conduite des deux policiers va à l'encontre de leur code de déontologie. Le Comité peut imposer une sanction contre les policiers, qui peut aller de l'avertissement à la destitution.

Outre les deux policiers, l'auteur de la courte vidéo a été invité à venir témoigner. Adis Simidzija, un étudiant en sociologie bien au fait des problématiques liées à l'itinérance, espère que la décision du Comité incitera les autorités à en faire plus pour les sans-abri.

« J'espère qu'il y a des sanctions qui seront prises contre ces deux policiers qui sont intervenus [...] Ce genre de violences là, qui est psychologique, peut faire aussi mal que les pics anti-itinérants »

— Adis Simidzija, auteur de la vidéo

Le maire de Montréal, Denis Coderre, avait dit en 2014 que les propos du policier étaient « inacceptables », mais que les agents tentaient d'aider l'itinérant qui ne voulait pas être accompagné à un refuge et qui se comportait de manière agressive dans la station de métro.

L'avocat des deux policiers et le Service de police de la Ville de Montréal n'ont pas rappelé Radio-Canada.

Le bureau du Commissaire à la déontologie policière n'a pas confirmé s'il avait ou non rencontré l'itinérant ou son représentant.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation contre la brutalité policière (15 mars 2015)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.