NOUVELLES
18/04/2015 05:27 EDT | Actualisé 18/04/2015 05:27 EDT

La candidate à la chefferie du PQ Martine Ouellet souhaite une deuxième Révolution tranquille

Radio-Canada

La candidate à la direction du Parti québécois Martine Ouellet veut propulser le Québec dans une deuxième Révolution tranquille. Elle expose sa vision dans un livre intitulé Mieux d'État qui sera lancé en début de semaine et dont elle a discuté dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir.

Un texte de Mylène Crête

« Je pense qu'il faut redonner confiance au citoyen parce que l'État, c'est l'outil des citoyens, c'est notre meilleur outil collectif », explique-t-elle. Pour y parvenir, elle propose de remettre les préoccupations des citoyens au cœur des décisions politiques.

Chaque semaine, l'émission reçoit l'un des cinq candidats à la direction du Parti québécois. L'entrevue avec Martine Ouellet sera diffusée aux Coulisses du pouvoir dimanche à 11 h sur ICI Radio-Canada Télé.

Sa vision est celle d'un Québec indépendant qui s'appuierait sur quatre piliers : la justice sociale, un développement économique intelligent au service de la collectivité, l'environnement et le renforcement des communautés.

« On ne peut plus au Québec, et le milieu des affaires devrait être bien prudent, appuyer tous les projets dits de développement économique quels qu'ils soient même lorsqu'ils sont insensés parce que les mauvais viennent ternir la réputation de l'ensemble des projets », dit-elle.

Martine Ouellet cite en exemple les plans pour développer le gaz de schiste et pour construire l'oléoduc Énergie Est dont une partie traverserait le Québec. Des projets de développement énergétique controversés qui ont, à son avis, contribué à miner la confiance du public.

« On dit : les citoyens sont méfiants de tous les projets de développement économique. Bien oui, mais ne vous demandez pas pourquoi! »

— Martine Ouellet, candidate à la direction du Parti québécois

Elle prône un État plus interventionniste qui renforcerait le modèle québécois mis à mal par les compressions du gouvernement de Philippe Couillard. L'environnement deviendrait ainsi l'un des piliers de ce modèle de développement qui miserait, entre autres, sur l'électrification des transports.

« Le rôle du gouvernement de faire l'équilibre entre les bons projets, donc d'appuyer les bons projets et de faire en sorte que les projets insensés ne se réalisent pas pour pouvoir rétablir la confiance des citoyens », explique-t-elle.

Le tout dans un Québec indépendant. Martine Ouellet est la seule des cinq candidats à promettre un référendum dans le premier mandat d'un gouvernement péquiste.

Ouellet ne s'avoue pas vaincue

À l'instar de son rival Bernard Drainville, Martine Ouellet croit que l'issue de la course à la direction du PQ sera plus enlevante que le laissent croire les sondages. Le candidat-vedette Pierre Karl Péladeau est en avance une avance avec la vente d'au moins 10 000 cartes de membre du parti. Chaque membre aura le droit de vote lors de l'élection du chef. Le premier tour aura lieu le 15 mai.

Martine Ouellet croit qu'il y aura un deuxième tour parce que de nombreux membres seraient indécis. Elle souligne également que le portrait dressé par les sondages s'appuie sur des échantillons qui ne sont pas représentatifs. « Si les sondages étaient bons, nous serions encore au gouvernement », remarque-t-elle.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques propositions de Martine Ouellet Voyez les images