NOUVELLES
18/04/2015 07:35 EDT | Actualisé 18/06/2015 05:12 EDT

Grande-Bretagne: le chef travailliste veut sévir contre l'exploitation des employés étrangers

Leader of the British opposition Labour Party Ed Miliband speaks to demonstrators at a rally in Hyde Park as they take part in a protest march against government austerity measures through central London, Saturday, Oct. 20, 2012. Tens of thousands of demonstrators descended on the British capital Saturday in a noisy but peaceful protest at a government austerity drive aimed at slashing the nation's debt. (AP Photo/Alastair Grant)
ASSOCIATED PRESS
Leader of the British opposition Labour Party Ed Miliband speaks to demonstrators at a rally in Hyde Park as they take part in a protest march against government austerity measures through central London, Saturday, Oct. 20, 2012. Tens of thousands of demonstrators descended on the British capital Saturday in a noisy but peaceful protest at a government austerity drive aimed at slashing the nation's debt. (AP Photo/Alastair Grant)

Le leader de l'opposition au Royaume-Uni, Ed Miliband, promet de sévir face à l'exploitation des travailleurs étrangers si son Parti travailliste remporte les élections du 7 mai.

M. Miliband s'est engagé, samedi, à créer une équipe de travail pour enquêter sur les abus dont sont victimes les employés étrangers, dont plusieurs proviennent des anciens pays communistes de l'Union européenne, et mener plus d'enquêtes sur les employeurs qui versent moins que le salaire minimum à leur personnel.

Le chef des travaillistes, qui s'exprimait lors d'un rassemblement de campagne dans le nord-ouest de l'Angleterre, a affirmé que le faible salaire et les mauvaises conditions de travail imposées aux étrangers permettaient à certains employeurs peu scrupuleux de ne pas avoir recours aux employés locaux.

L'immigration est un thème clé des élections britanniques. Tant les travaillistes que les conservateurs tentent de faire des gains sur ce dossier au détriment du Parti pour l'indépendance (UPIK), qui réclame le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne en partie pour restreindre l'immigration.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter