Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Droit à l'avortement: la position de Justin Trudeau va à l'encontre des libéraux de l'Île-du-Prince-Édouard, selon le NPD

Les néodémocrates fédéraux accusent Justin Trudeau d’être pro-choix « à temps partiel » sur la question de l’avortement parce qu’il appuie ses cousins libéraux à l’Île-du-Prince-Édouard.

Trudeau va faire campagne avec le chef libéral de l’Î-P-É Wade MacLauchlan jeudi. Il se fait un devoir de démontrer son appui à ses homologues provinciaux, dont Stephen McNeil de Nouvelle-Écosse, Kathleen Wynne en Ontario et Brian Gallant au Nouveau-Brunswick.

Toutefois, dans une publication « Rappel des faits » sur le site du NPD, un parallèle est fait entre les déclarations de Trudeau pour le droit de choisir des femmes et son appui à MacLauchlan.

Les femmes vivant à l’Î-P-É doivent obtenir une référence du médecin puis se rendre à un hôpital ou une clinique à l’extérieur de l’île pour se faire avorter. Si la procédure est remboursée par la province, les coûts de voyagement ne le sont pas.

Selon le réseau des droits à l’avortement de l’Î-P-É, des physiciens sur l’île offrent un accès limité à l’avortement médical – dans ce cas-ci, on met un terme à la grossesse avec des drogues, pas avec une chirurgie – si les dernières menstruations de la femme remontent à neuf semaines.

Le chef du NPD à l’Î-P-É Mike Redmond a promis de faire construire un centre de santé féminine qui offrirait des avortements sur l’île s’il était élu. Mais lors d’un débat mardi, MacLauchlan a dit qu’il préférait le statu quo.

Le chef conservateur Rob Lantz a également dit que cette question ne faisait pas partie de ses priorités.

En octobre dernier, CBC/Radio-Canada rapportait que le ministre de la santé libéral avait esquivé une proposition pour offrir des services d’avortement. À cause de sa faible population, la province n’était pas en mesure d’offrir les mêmes services de santé, avait fait valoir le gouvernement.

Les néodémocrates fédéraux croient quant à eux que le soutien de Trudeau aux libéraux de l’Î-P-É vient contredire sa déclaration : « L’époque où les hommes décidaient de ce que les femmes faisaient de leurs corps est révolue. »

« Il affirme que son parti est un grand défenseur des droits et libertés. Or, cet épisode nous prouve le contraire », peut-on lire.

Trudeau avait annoncé au printemps 2014 que toutes ses recrues devaient être pro-choix aux élections fédérales à venir. Une condition qui ne s’appliquait pas aux députés actuels.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.