DIVERTISSEMENT
14/04/2015 08:08 EDT | Actualisé 14/04/2015 08:10 EDT

Les pièces à voir au Théâtre Denise-Pelletier en 2015-2016

Frédérique Ménard-Aubin

Claude Poissant a présenté mardi la programmation de sa toute première saison à la direction artistique du Théâtre Denise-Pelletier (TDP), une courtepointe d’œuvres d’ombre et de lumière, portées par des voix nouvelles et des créateurs aguerris.

«Cette saison est une prise de parole. La mienne, bien sûr, mais encore plus celle d’une équipe et de nombreux artistes qui vivent sans cesse au cœur d’une réflexion et d’une action qui n’ont de pertinence que si l’art et le théâtre s’ancrent chaque jour, malgré notre histoire et celle à venir, dans le temps présent», a déclaré Claude Poissant pour illustrer ses choix.

Voici un aperçu des 13 pièces qui prendront l’affiche en 2015-2016 à la Salle Denise-Pelletier et à la Salle Fred-Barry.

Pour davantage d’informations et pour vous abonner, consultez le www.denise-pelletier.qc.ca

On ne badine pas avec l’amour

Texte : Alfred de Musset

Mise en scène : Claude Poissant

Interprètes : Adrien Bletton, Henri Chassé, Francis Ducharme, Olivier Gervais-Courchesne, Rachel Graton, Martin Héroux, Alice Pascual, Christiane Pasquier, Denis Roy

Dates : Du 30 septembre au 24 octobre

Le dialogue amoureux On ne badine pas avec l’amour a été publié en 1834, après le tumulte des amours entre Alfred de Musset et George Sand. Après dix ans de séparation, Perdican et Camille se retrouvent. Camille a passé les dernières années au couvent et vénère davantage Dieu que Perdican. Pour la rendre jalouse, Perdican tentera de séduire Rosette, la sœur de Camille. Ce sera la troisième fois que Claude Poissant s’attaquera à une œuvre d’Alfred de Musset, après avoir monté Lorenzaccio, au Théâtre Denise-Pelletier, en 1999, et Les caprices de Marianne, au Théâtre du Trident, en 2000.

Münchhausen, les machineries de l’imaginaire

Mise en scène et adaptation : Hugo Bélanger, d’après les aventures véritables et véridiques du Baron de Münchhausen

Interprètes : Félix Beaulieu-Duchesneau, Éloi Cousineau, Bruno Piccolo, Carl Poliquin, Audrey Talbot et Marie-Ève Trudel

Dates : Du 11 novembre au 9 décembre

On le dit grand fabulateur devant l’éternel, digne descendant de Don Quichotte et du Capitan de la commedia dell’arte, ancêtre du Capitaine Bonhomme, et grand cousin de Cyrano de Bergerac. Le Baron de Münchhausen incarne le rêve, avec ses récits surnaturels, extravagants et insensés, mais captivants. Voyage sur la lune, visite au centre de la Terre, vol sur un boulet de canon, immersion au cœur d’un océan, rien n’est trop beau ou trop grand pour lui.

Le miel est plus doux que le sang

Texte : Simone Chartrand et Philippe Soldevilla

Mise en scène : Catherine Vidal

Interprètes : Isabelle Blais, François Bernier, Renaud Lacelle-Bourdon et Simon Lacroix

Dates : Du 3 au 27 février

Nous sommes en 1922, dans une résidence étudiante de Madrid. Salvador Dali, Federico Garcia Lorca et Luis Bunuel, futurs peintre, poète et dramaturge et cinéaste, à peine sortis de l’adolescence, font la connaissance de Lolita, révolutionnaire chanteuse de cabaret, qui les entraînera sur les chemins de l’imprudence et de l’insoumission. Le miel est plus doux que le sang a été écrite et jouée pour la première fois il y a 20 ans.

L’Orangeraie

Texte : Larry Tremblay

Mise en scène : Claude Poissant

Interprètes : Vincent-Guillaume Otis, Daniel Parent, Jack Robitaille, Mani Soleymanlou, Gabriel Cloutier-Tremblay, Éva Daigle, Philippe Durocher, Ariel Ifergan, Jean-Moïse Martin et Sébastien Tessier

Dates : Du 23 mars au 16 avril

Le destin tragique d’une famille qui vit dans une orangeraie, des grands-parents tués par un obus, des jumeaux de neuf ans, Amed et Aziz, dont l’enfance est ravagée par la guerre, un père qui doit choisir entre ses deux fils pour esquisser sa vengeance. L’un des jumeaux, Amed ou Aziz, quitte son village du Moyen-Orient et traverse la montagne. Plus tard, l’un d’eux aspire à devenir comédien. Larry Tremblay a lui-même déjà adapté son roman L’Orangeraie pour la scène, et l’œuvre a reçu plusieurs prix depuis sa publication, en 2013. Il s’agira de la cinquième collaboration de Larry Tremblay et Claude Poissant.

Rendez-vous gare de l’Est

Texte et mise en scène : Guillaume Vincent

Interprète : Emilie Incerti Formentini

Dates : Du 8 au 26 septembre

Une femme dans la trentaine, bipolaire, parle de son conjoint, de son travail, de ses séjours à l’hôpital psychiatrique, livre le récit de six mois de vie sous l’influence des médicaments. Mais ce n’est pas la maladie qui s’exprime, c’est sa lucidité, son humour, sa profondeur, son humanité. Rendez-vous gare de l’Est a tenu l’affiche de nombreux théâtres français et effectué un arrêt à Avignon avant de s’installer au TDP.

La liberté

Texte : Martin Bellemare

Mise en scène : Gaétan Paré

Interprètes : Frédéric Blanchette, Gabrielle Côté, Gérald Gagnon, Simon Landry-Désy et Dominique Leduc

Dates : Du 6 au 24 octobre

Malgré la désapprobation de son épouse, Mary, Paul travaille au sein d’un important service gouvernemental. Max, leur fils de 18 ans, décroche un jour un poste au même bureau que son père, là où la mort fait partie du plan. La liberté traite des libertés individuelles face au pouvoir, de boulot, de famille, de Dieu et de suicide assisté.

Les haut-parleurs

Texte et mise en scène : Sébastien David

Interprètes : Charles-Alexandre Dubé, Marie-Hélène Bélanger et Richard Thériault

Dates : 3 au 21 novembre

Le Fils arrive dans une petite ville désertée à cause des vacances. Il fraie avec le Voisin, un homme dans la soixantaine solitaire et compositeur d’étranges musiques, et Greta, une adolescente au caractère explosif. Le Fils comprendra à leur contact que les amitiés ne sont pas toutes compatibles et que les vérités humaines sont parfois insaisissables.

Sherlock Holmes et le chien des Baskerville

Texte : Sir Arthur Conan Doyle

Mise en scène et traduction : Frédéric Bélanger

Interprètes : Étienne Pilon, François-Simon Poirier et Philippe Robert

Dates : 1er au 19 décembre

Adaptation ludique de Sherlock Holmes et le chien des Baskerville, cette pièce est présentée depuis 2012 au Royaume-Uni par Peepolykus, sa troupe de créateurs. Trois acteurs interprètent 15 personnages, dans cette fresque où une série de meurtres énigmatiques terrorise les habitants du Devonshire. Un esprit menaçant se cache dans les landes des falaises d’Angleterre, une bête sanguinaire se nourrit de la chair des héritiers de Baskerville, et Sherlock Holmes et son acolyte Watson enquêtent.

Muliats

Texte : Charles Bender, Charles Buckell, Marco Collin, Xavier Huard, Natasha Kanapé Fontaine et Christophe Payeur

Mise en scène : Xavier Huard

Interprètes : Charles Bender, Marco Collin, Natasha Kanapé Fontaine et Christophe Payeur

Dates : Du 2 au 20 février

Un Innu de Mashteuiatsh, Shaniss, quitte sa réserve pour s’installer à Montréal. Il y fait la rencontre d’un jeune allochtone et Montréalais d’origine, Simon. Une fois le choc culturel passé, Shaniss et Simon trouveront moyen d’accorder leurs dissonances identitaires. Muliats marie le discours commun d’artistes provenant de divers horizons : Innus, Huron-Wendakes, Attikamekws, Abénakis et Allochtone.

Love is in the birds : une soirée francophone sans boule disco

Texte : Marjolaine Beauchamp, Annie Cloutier, Sonia Cotten, Céline Delbecq, Julie Gilbert, Georgette Leblanc, Louis-Patrick Leroux, Lisa L’Heureux, Robert Marinier, Michel Ouellette, Gabriel Robichaud, Mylène Roy et Anne-Marie White

Mise en scène : Anne-Marie White, assistée de Lisa L’Heureux

Interprètes : Marjolaine Beauchamp, Céline Delbecq, Nicolas Desfossés, Stef Paquette, Gabriel Robichaud et Maxime Turcotte

Dates : 24 au 27 février

La chanson L’arbre est dans ses feuilles, de Zachary Richard, sert de point de départ à cette performance multidisciplinaire, à mi-chemin entre le spectacle et la lecture, qui mélange mots et musique. Qu’avons-nous retenu des générations précédentes? Qu’allons-nous léguer à celles qui nous suivent? Comment perdure le patrimoine culturel? Love is in the birds a remporté le Prix Coup de cœur 2014 de la Fabrique culturelle.

Fratrie

Texte : Marc-Antoine Cyr

Mise en scène : Didier Girauldon

Interprètes : Marc Beaudin, Guillaume Clausse, François Praud et Baptiste Relat

Dates : 8 au 26 mars

Pendant une tempête hivernale, un père de famille tombe du toit et meurt dans la neige. Ses quatre fils devront apprendre à grandir sans père, et sans repères. Le troisième des frères, Léo, pense que le drame est de sa faute. Fratrie est l’œuvre de Marc-Antoine Cyr, dramaturge en résidence au TDP jusqu’en 2018, et a d’abord été créée en France, l’an dernier.

Simone et le whole shebang

Texte : Eugénie Beaudry

Mise en scène : Jean-Simon Traversy

Interprètes : Eugénie Beaudry, Robin-Joël Cool et deux autres comédiens

Dates : 5 au 23 avril

À 75 ans, Simone reçoit comme cadeau d’anniversaire une chambre dans un centre pour «personnes inutiles», en Alberta. Elle y croisera Jessy, un vieux cowboy édenté au corps fini, au cœur imbibé d’alcool et adepte des chansons de Hank Williams. Jessy veut choisir sa mort et le lieu de son trépas, et entraîne Simone et sa fille dans son univers.

Zurbains 2016

Texte : Robin Aubert et quatre auteurs adolescents

Mise en scène : Monique Gosselin

Interprètes : Cinq comédiens

Dates : Du 28 avril au 13 mai

Les Zurbains, c’est un projet d’écriture collectif qui se déploie au TDP chaque saison. Quatre adolescents écrivent un conte, qui sera mis en scène aux côtés de celui d’un auteur professionnel. L’aventure commence avec des conférences en classe, la période d’écriture, un comité artistique et un stage d’encadrement dramaturgique, et débouche sur la création du spectacle en tant que tel. Qu’est-ce que les étudiants du secondaire ont à dire sur leurs rêves, leurs révoltes, leurs questionnements, leurs cultures? Les Zurbains leur sert de porte-voix.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 25 pièces de théâtre à voir en 2015 Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!