NOUVELLES
13/04/2015 08:26 EDT | Actualisé 13/04/2015 08:39 EDT

Libération de trois féministes détenues en Chine

Feng Li via Getty Images
BEIJING, CHINA - MARCH 09: The red flags flutter in the wind outside the Great Hall of the People during the second plenary session of the Chinese People's Political Consultative Conference on March 9, 2015 in Beijing, China. Over 2,000 members of the 12th National Committee of the Chinese People's Political Consultative, a political advisory body, are attending the annual session, during which they will discuss the development of China. (Photo by Feng Li/Getty Images)

Les autorités chinoises ont libéré lundi trois féministes qui avaient été arrêtées avec deux autres militantes à la veille de la Journée internationale de la femme du 8 mars, ce qui avait suscité des condamnations internationales, a annoncé lundi l'avocat de l'une d'entre elles.

Wei Tingting, Wang Man et Zheng Churan ont été libérées par la police et devraient échapper à des poursuites, a indiqué Liang Xiaojun, le sort des deux autres militantes restant selon lui encore indécis.

Li Tingting, 25 ans, Wei Tingting, 26 ans, Wang Man, 32 ans, Zheng Churan, 25 ans, et Wu Rongrong, 30 ans, s'apprêtaient à distribuer des tracts dénonçant le harcèlement sexuel lorsqu'elles ont été arrêtées par la police. Leur incarcération a été condamnée par les associations de défense des droits de l'Homme de même que par les États-Unis.

"Je n'ai pas de nouvelles concernant Wu Rongrong et Li Tingting, mais les trois autres ont été libérées", a déclaré au téléphone à l'AFP Liang Xiaojun.

Les jeunes femmes se sont fait connaître ces dernières années à travers diverses actions militantes destinées à attirer l'attention de l'opinion sur des questions comme la violence conjugale et le manque de WC pour femmes.

Le secrétaire d'État américain John Kerry avait "exhorté avec force" vendredi Pékin à "libérer immédiatement et sans conditions" les cinq femmes.

"Chacun d'entre nous a le droit de s'exprimer contre le harcèlement sexuel et contre les nombreuses autres injustices dont souffrent tous les jours des millions de femmes et de filles dans le monde", s'était insurgé le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

"Nous soutenons avec force les efforts de ces militantes pour réaliser des progrès sur ces questions sensibles et nous estimons que les autorités chinoises devraient aussi les soutenir et non les réduire au silence", a encore déclaré John Kerry, dont le ministère s'est fait le champion de la défense des droits humains universels, notamment concernant les femmes et les homosexuels.

La démocrate Hillary Clinton, désormais candidate à la Maison Blanche, a également apporté son soutien aux militantes.

Les États-Unis critiquent régulièrement la Chine pour son bilan en matière de droits de l'homme et de libertés politiques et religieuses.