NOUVELLES
13/04/2015 06:34 EDT | Actualisé 13/04/2015 06:34 EDT

Laval veut devenir plus vert et maintenir la qualité de vie des citoyens

Francis Labbé-Radio-Canada

S'il n'en tient qu'à ses habitants, dans 20 ans, Laval sera la deuxième ville en importance au Québec avec ses quelque 520 000 habitants. Elle sera une ville aux nombreux espaces verts et où l'accès aux berges sera omniprésent. Du moins, c'est ce que souhaitent les quelque 3300 participants à la consultation Repensons Laval.

Un texte de Francis Labbé

L'automne dernier, la Ville de Laval lançait une consultation publique sur son avenir. Une première dans cette ville. L'opération, appelée Repensons Laval, visait à définir ce que les citoyens imaginent pour leur ville en 2035. Résultat : beaucoup de vert, la protection des zones agricoles et l'accès aux berges.

« Partout, on nous a demandé de verdir Laval » confirme le maire Marc Demers. Aussi, « donner un meilleur accès aux berges, aux milieux naturels, de protéger nos territoires agricoles et d'agir de façon responsable face à l'environnement » a poursuivi le maire lors de sa présentation sur le sujet.

La ville entend atteindre trois objectifs d'ici vingt ans, soit la protection de l'environnement, le maintien de la qualité de vie et davantage de participation des citoyens.

Prochaines étapes

La vision, intitulée Urbaine de nature, « exprime le virage que prend l'administration municipale pour développer les milieux de vie urbains de Laval », écrit-on dans un communiqué.

« Une vision sur vingt ans, ça se réalise par des petits gestes chaque année », explique le directeur général de la ville, Serge Lamontagne. « Nous allons bientôt adopter notre plan triennal d'immobilisations. Ensuite, ce sera le schéma d'aménagement et les priorités identifiées par la consultation deviendront incontournables. »

L'une des priorités de la ville de Laval, c'est la remise en état des plages et des berges, qui commencera dans les prochaines semaines.

La santé par l'aménagement urbain

Le cardiologue d'intervention, François Reeves, est convaincu qu'une ville peut favoriser, par son développement, la santé de ses habitants. Celui qui se présente aussi comme un « cardiologue environnemental », appuie la démarche de Laval.

"De nombreuses études le démontrent, un peu partout à travers le monde : plus un milieu est vert, plus vous voyez une baisse de mortalité cardiovasculaire », affirme François Reeves, qui est aussi, par ailleurs, le neveu d'Hubert Reeves.

« Il y a une dizaine d'années, j'ai remarqué une différence monstrueuse des maladies cardiovasculaires, selon l'endroit où les gens vivent »

François Reeves, cardiologue

« Plus une ville compte d'espaces verts, plus les gens sont enclins à aller en profiter à l'extérieur, et ce, peu importe le groupe d'âge. Je pense donc que les élus municipaux, par leurs décisions, peuvent avoir un impact réel sur la santé des citoyens. »