DIVERTISSEMENT
13/04/2015 11:13 EDT | Actualisé 16/04/2015 10:01 EDT

«Lady Luck», un album virtuose signé Lulu Gainsbourg (ENTREVUE/VIDÉO)

L’album hommage à son père From Gainsbourg to Lulu avait mis le fils de Serge sous les projecteurs. Lucien Gainsbourg dit Lulu nous revient avec Lady Luck, un disque personnel tout en anglais dans lequel l’auteur-compositeur et interprète révèle sa propre musique loin de l’ombre du géant.

Ce grand timide est le fils de Serge et de Bambou, donc le demi-frère de Charlotte. Souvenez-vous. En 1988, le paternel monte sur la scène du Zénith à Paris avec dans les bras son garçon Lulu alors âgé de deux ans.

Dix ans plus tard, on le retrouve cette fois seul lors d’un concert-souvenir pour jouer au piano Le Sable et le Soldat, une composition de son père (mort en 1991 lorsqu’il avait 5 ans) jamais interprété en public.

«Je ne fais pas une entrevue sans qu’on me parle de mon papa, explique le jeune homme de 29 ans un peu blasé. Je suis habitué et dans un sens c’est assez normal. Il reste que pour moi, Serge Gainsbourg n’est pas une icône, mais mon père. Cela, on ne pourra jamais me l’enlever. Mais je veux tracer mon propre chemin, écrire et chanter mes propres chansons.»

Il n’a pas voulu enlever Gainsbourg de son patronyme. Son nom d’artiste se construit à travers Lulu. «À défaut d’un nom, je me fais un prénom», lance-t-il.

Lady Luck est donc son premier «vrai» album, composé de morceaux originaux sans reprises. Toutefois l’artiste a tenu à évoquer ses parents dans deux belles chansons, Moushka dédiée à sa mère et Destiny à son père.

«C’est une œuvre sincère et très personnelle, dit-il. J’ai eu l’idée de ce disque après avoir vécu une rupture amoureuse que je raconte d’ailleurs dans le titre Trouble. Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’y a pas de tristesse ni de regret. La rupture m’a surtout aidé à continuer. Elle a nourri mon inspiration.»

Mélange de styles

Il y a aussi des duos. Certains étonnants comme avec l’actrice Anne Hathaway (The Cure) ou Ara Starck (It’s Always Something), la fille du célèbre designer français. «Ce sont principalement les fruits de rencontre. Ara Starck est comme ma grande sœur. Tandis qu’Anne Hathaway, on s’est connu un peu par hasard. On s’est beaucoup apprécié. Je dois dire qu’elle possède une voix magnifique», précise Lulu.

La chanson Lady Luck, qui donne son titre si gainsbourien à l’album, raconte une belle histoire, celle d’un coup de foudre envers une mystérieuse «Lady Luck» qui lui permettra de remonter la pente. «Je l’avais d’abord uniquement vue en photo, raconte-t-il. Aujourd’hui, on vit ensemble. Elle est ma plus belle histoire d’amour.»

Il chante en anglais Lulu, une langue qui paraît-il lui vient naturellement. Ses inspirations viennent beaucoup du monde anglo-saxon, Michael Jackson, Radiohead, les Rolling Stones, Jamiroquai et Stevie Wonder.

«J’ai fait mes études à Boston [au Berklee College of Music]. J’ai vécu à Londres et à New York. Et puis, l’anglais, je l’utilise quotidiennement. C’est avec cet idiome que j’exprime le mieux mes émotions.»

Baigné par une musique pop-rock, le disque est un mélange de plusieurs styles instrumentaux. Parfois funk ou reggae, l’ensemble est résolument éclectique. Les ballades suivent des partitions purement musicales.

«Je suis musicien à la base, dit-il. J’ai ajouté ma voix sans être certain que cela allait fonctionner. En fait, c’était un de mes grands défis de pouvoir me transformer en chanteur. J’ai travaillé dur pour y parvenir. Je suis fier du résultat.»

Liste des chansons de l’album Lady Luck

1. Fantasy

2. It’s always Something

3. Lady Luck

4. Moushka

5. Let it go

6. Noces Funebres

7. Trouble

8. Love On The Rocks

9. The Cure

10. Destiny

11. Lily Rose

12. Easy To Do It

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST