NOUVELLES
13/04/2015 12:32 EDT | Actualisé 13/06/2015 01:12 EDT

L'importance de l'expérience pour le Tricolore

Michel Therrien dirigera une équipe de la Ligue nationale en séries pour un soixantième match mercredi. Son vis-à-vis, Dave Cameron, vivra son baptême.

Un texte de Antoine Deshaies

Le pilote du Canadien a vu neiger. La prudence l'animait dans son point de presse lundi. Chaque fois qu'un journaliste lui posait une question sur les Sénateurs, Therrien offrait la même réponse.

« Je ne veux pas parler des Sénateurs, on se concentre sur ce qu'on doit faire. »

Il a bien sûr évoqué l'incroyable sprint final des Ottaviens, mais a aussi souligné le fait que chacune des 16 équipes en éliminatoires avaient dûment mérité son billet.

Therrien a aussi refusé de jouer au jeu des favoris ou négligés.

« C'est le jeu des journalistes ça, on n'embarque pas là-dedans. On se concentre sur ce qu'on doit faire. Je peux vous dire qu'on est prêt pour ce défi. »

« Nous avons une équipe jeune, une équipe en transition. Mais notre noyau de joueurs a l'expérience des séries l'an passé. Ils ont vécu beaucoup d'adversité et savent à quoi s'attendre. »

L'avantage de la glace, même s'il est discutable statistiquement, pourrait aider le Canadien mercredi selon l'entraîneur.

« Montréal c'est la meilleure place pour les séries dans la ligue. La province et la ville vivent au rythme du hockey. C'est le meilleur temps de l'année et les joueurs sont fébriles. »

Michel Therrien affrontera les Sénateurs pour une quatrième fois en éliminatoires. Il n'a remporté qu'une seule série.

Se rappeler de 2014, oublier 2013

Les amateurs n'ont pas oublié l'élimination en cinq matchs du Tricolore contre les Sénateurs. Les joueurs non plus.

« Je n'étais pas là et beaucoup de visages ont changé depuis 2013, mais c'est une source de motivation quand même, affirme Pierre-Alexandre Parenteau. Personne ne veut perdre deux fois en trois ans contre la même équipe. »

Quand un journaliste a demandé à Carey Price si l'échec de 2013 servait de motivation, la réponse a été claire et sans appel.

« Pas du tout, on se concentre sur le présent. »

Lars Eller, lui, ne garde aucun bon souvenir de cette sortie du Canadien en cinq matchs. Ses séries n'ont duré qu'une période, le temps de se faire assommer par une mise en échec d'Eric Gryba.

« Je ne regarderais pas trop ce qui s'est passé il y a deux ans, explique le Danois. On doit surtout regarder ce qu'on a fait l'an passé pour connaître du succès et s'en inspirer. Une fois qu'on connait du succès, on en veut encore plus. »

Eller, qui a marqué cinq buts et huit passes lors des séries 2014, ne s'inquiète pas non plus des succès d'Ottawa contre Montréal cette année.

« L'histoire montre souvent que la saison ne veut rien dire. »

« On avait beaucoup de blessés en 2013 », rappelle Tomas Plekanec.

En plus d'Eller, Max Pacioretty, Brian Gionta et Carey Price avaient aussi raté des matchs.

Deux gardiens de 27 ans

La série mettra aux prises deux gardiens du même âge. Carey Price est né à peine six mois avant Hammond. Leur curriculum vitae en séries est toutefois à des années-lumière l'un de l'autre.

Price participera mercredi à son 42e match en séries. C'est 18 matchs de plus que l'expérience totale d'Andrew Hammond dans la LNH.

« C'est sûr que l'expérience du gardien est importante, rappelle Plekanec. Cela dit, c'est un facteur parmi tant d'autres. »

« Nous avons l'expérience des séries et nous connaissances les émotions que les joueurs vivent, explique Price, particulièrement avare de commentaires en ce lundi matin. On doit rester concentré et compliquer la vie au gardien adverse. »

Difficile de demander meilleur duel de gardien pour ce premier tour des séries.

Price reconnaît que les Sénateurs seront difficiles à arrêter, parce qu'ils jouent avec émotion et avec l'énergie du désespoir depuis le mois de février.

Reste que le joueur le plus important du Tricolore ne changerait de vestiaire pour rien au monde.

« On est un groupe tissé très serré. On aime jouer l'un pour l'autre. C'est encore plus vrai lors des séries. »