NOUVELLES
13/04/2015 06:13 EDT | Actualisé 14/04/2015 10:00 EDT

Bourse du carbone: le Québec accueille chaleureusement l'arrivée de l'Ontario (VIDÉO)

Le premier ministre du Québec a salué la décision du gouvernement ontarien de mettre en place un système de plafonnement d'échange de droits d'émission des gaz à effet de serre (GES), communément appelé la bourse de carbone, dont font déjà partie le Québec et la Californie dans le cadre de la Western Climate Initiative.

En point de presse avec son homologue ontarienne Kathleen Wynne, Philippe Couillard a parlé d'une « grande et belle journée » pour le Québec et l'Ontario, car les deux provinces représentent 50 % de l'économie canadienne et 62 % de la population du pays. Il a dit espérer que d'autres juridictions emboîtent le pas à l'Ontario pour créer une alliance canadienne.

M. Couillard a vanté les mérites du marché du carbone, qui « met le fardeau sur les émetteurs » de GES, qui sont appelés soit à acheter des permis d'émissions, soit à investir pour moderniser les technologies dans le but de les rendre moins polluantes.

L'autre avantage de ce système, a ajouté le premier ministre, est d'« alimenter le Fonds vert » et de faire ainsi la démonstration, si besoin est, que la lutte contre les changements climatiques va de pair avec la croissance économique.

« Agir maintenant contre les changements climatiques aura des retombées réelles et tangibles : un air plus propre, un environnement plus sain et une économie plus concurrentielle. Ne rien faire entrainera au contraire une détérioration de la qualité de l'air, plus de congestion routière, une détérioration de l'environnement et une augmentation des coûts pour notre économie. »

Déclaration conjointe de Philippe Couillard et Kathleen Wynne

« Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le gouvernement du Québec soutient les entreprises, les municipalités et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone. Estimées à 3,3 milliards de dollars d'ici 2020, les sommes consacrées au Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques représentent un puissant moteur de relance économique et de création d'emplois », a expliqué le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

S'exprimant à l'occasion de la Table ronde canadienne sur l'économie verte à Québec, le ministre des Finances Carlos Leitao s'est également réjouie de cette nouvelle, y voyant le prélude à l'adhésion d'autres juridictions de l'Amérique du Nord à la bourse du carbone. Selon lui, l'expansion du marché du carbone va procurer aux entreprises un environnement d'affaires plus stable et faciliter à terme la lutte contre les GES.

En vertu du système de plafonnement et d'échange de la Western Climate Initiative, les entreprises disposent d'un quota de GES qu'elles peuvent revendre à d'autres si elles ne l'ont pas comblé. Une entreprise peut donc acheter « un droit de polluer » auprès d'une autre qui a réduit ses émissions.

Pas de cibles provinciales avant juin

Par ailleurs, les premiers ministres du Québec et de l'Ontario ont fait savoir qu'ils étaient incapables de faire connaître leurs cibles de réduction des GES d'ici le mois de juin, comme souhaité par Stephen Harper, qui s'exprimait cette fin de semaine lors du Sommet des Amériques à Panama.

Ottawa veut annoncer ses cibles avant la conférence des Nations unies sur le climat, qui doit se tenir en décembre à Paris.

Dans des lettres envoyées vendredi à ses homologues provinciaux, la ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a demandé aux provinces de lui envoyer davantage d'informations sur leurs émissions de GES. Celles-ci doivent servir à renforcer les cibles nationales, actuellement estimées par Ottawa sur la base des chiffres obtenus en 2014.

Alors que M. Couillard a plaidé pour la concertation dans la coopération Ottawa, Me Wynne a invité le gouvernement fédéral à clarifier sa stratégie et à travailler davantage avec les provinces en matière d'environnement.

Pour le premier ministre du Québec, le Canada, en sa qualité de grand producteur pétrolier, devrait être le pays « le plus actif » au monde dans la lutte contre les changements climatiques. Il invite le gouvernement fédéral à suivre l'exemple de la Norvège qui, même s'il produit « d'immenses quantités de pétrole », a pu garder une bonne image environnementale à travers le monde.

Rappelons que le Québec abritera mardi un sommet sur les changements climatiques auquel participeront des représentants de l'ensemble des provinces et territoires canadiens. Pour sa part, l'Ontario sera l'hôte d'un sommet panaméricain sur le climat, en juillet.

Québec solidaire déplore « le manque de volonté des gouvernements en matière de lutte aux changements climatiques ».

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, fait remarquer que « les conservateurs n'ont aucun plan crédible pour réduire les émissions de GES et devraient se garder une petite gêne en matière de lutte aux changements climatiques. Même Jean Charest a fait mieux que Stephen Harper! »

Mme Massé regrette aussi que le premier ministre albertain ne participe pas à la rencontre québécoise de ce mardi. « Pendant que les Québécois font des efforts exceptionnels pour réduire les GES, l'Alberta a augmenté ses émissions de 46 % depuis 1990! Philippe Couillard peut bien se vanter de son bilan environnemental, mais s'il n'est pas capable d'intéresser le premier ministre de la province qui produit le plus de GES, c'est un coup d'épée dans l'eau », commente la députée de Québec solidaire.

« Ce n'est pas avec son penchant pour les grandes pétrolières, son Plan Nord, son entêtement à poursuivre Anticosti et ses projets polluants comme la cimenterie de Port-Daniel, qui pourrait produire 2 millions de tonnes de GES par année, que Philippe Couillard pourra arriver la tête haute à la Conférence de Paris sur le climat en décembre prochain. »

La députée de Québec solidaire Manon Massé

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 11 controverses du gouvernement Couillard Voyez les images