Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Thaïlande: une explosion à Koh Samui serait liée au mouvement antigouvernemental

BANGKOK - Un attentat à la voiture chargée qui a légèrement blessé sept personnes, tard vendredi sur l'île de Koh Samui, dans le sud de la Thaïlande, serait lié au contexte politique du pays, selon un porte-parole de l'armée.Les premiers témoignages indiquaient que l'attaque avait été perpétrée par le groupe derrière de récentes explosions dans la capitale, Bangkok, qui n'ont fait aucun mort, a affirmé le major-général Sansern Kaewkamnerd. Il n'a pas élaboré, mais le chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir de la Thaïlande en mai dernier a blâmé les groupes opposés au coup d'État militaire pour les explosions.À Koh Samui, une île touristique, une bombe artisanale a été cachée dans une camionnette dans le stationnement souterrain d'un centre commercial. Elle a été détonée après un défilé de mode, a rapporté le chef de la prévention et de la gestion des désastres, Poonsak Sophonpathumrak.Sept personnes ont été légèrement blessées. Elles ont été brièvement hospitalisées, sans y passer la nuit.Les autorités croient que la camionnette a été volée dans l'un des trois provinces les plus méridionales de la Thaïlande, agitées par une insurrection islamique. Plus de 5000 personnes y ont été tuées depuis 2004, mais les militants islamistes n'agissent généralement pas à l'extérieur de ces trois provinces.En mars, plusieurs personnes ont été arrêtées en lien avec un incident, une grenade lancée à la cour criminelle de Bangkok. Les personnes détenues étaient apparemment des sympathisants du mouvement des Chemises rouges, un groupe antigouvernemental formé par des supporters de l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, chassé du pouvoir en 2006 par un coup d'État.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.