Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Anonymous revendique l'attaque sur les sites web de la police de Montréal

Police arrive as students protest April 26, 2012 in Montreal, Canada, over Quebec's plans to raise tuition.  Protests  escalated this week amid violent clashes with police and the prospect of snap elections to pave the way for conciliation.  Despite the growing unrest, the government of the French-speaking Canadian province has refused to meet with student groups behind 11 weeks of protests, after talks broken down earlier in the week.   AFP PHOTO / ROGERIO BARBOSA        (Photo credit should read ROGERIO BARBOSA/AFP/GettyImages)
Police arrive as students protest April 26, 2012 in Montreal, Canada, over Quebec's plans to raise tuition. Protests escalated this week amid violent clashes with police and the prospect of snap elections to pave the way for conciliation. Despite the growing unrest, the government of the French-speaking Canadian province has refused to meet with student groups behind 11 weeks of protests, after talks broken down earlier in the week. AFP PHOTO / ROGERIO BARBOSA (Photo credit should read ROGERIO BARBOSA/AFP/GettyImages)

La branche québécoise du groupe d'activistes du web Anonymous a déclaré être à l'origine du piratage des sites web de la police de Montréal et de la Fraternité des policiers de la ville.

À quelques minutes d'intervalle, vendredi vers 22h30, le site du SPVM puis celui de la Fraternité ont cessé de fonctionner. À 10h samedi matin, le premier ne fonctionnait toujours pas.

Sur Twitter, Anonymous a revendiqué ces actes et a indiqué protester contre la brutalité policière recensée dans les récentes manifestations étudiantes.

Le groupe a aussi «déclaré la guerre» à un policier en particulier qui a été pris en photo en train d'asperger des manifestants de poivre de cayenne.

Des attaques similaires se sont produites contre les sites de la police de Toronto et de la Ville d'Ottawa dans les dernières semaines.

La police montréalaise a dit à CBC News qu'elle travaillait à remettre sur pied ses sites web. Un porte-parole a aussi déploré la situation.

« Il y a beaucoup d'informations pour les citoyens — contact, gens disparus, etc. — sur notre site, alors c'est dommage que la population ne puisse pas y accéder en ce moment », a dit Manuel Couture du SPVM.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation contre l'austérité à Montréal, 2 avril 2015

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.