NOUVELLES
10/04/2015 07:42 EDT | Actualisé 10/04/2015 07:43 EDT

L'ONU demande une «pause humanitaire» d'au moins quelques heures par jour au Yémen

ASSOCIATED PRESS
FILE - In this Thursday, March 26, 2015 file photo, a Houthi Shiite fighter stands guard as people search for survivors under the rubble of houses destroyed by Saudi airstrikes near Sanaa Airport, Yemen. Saudi Arabia launched airstrikes Thursday targeting military installations in Yemen held by Shiite rebels who were taking over a key port city in the country's south and had driven the embattled president to flee by sea, security officials said. (AP Photo/Hani Mohammed, File)

L'ONU a demandé vendredi une "pause humanitaire immédiate" d'au moins "quelques heures" par jour au Yémen pour permettre d'acheminer davantage d'aide dans le pays, alors que la situation ne cesse de se détériorer.

"La situation se détériore d'heure en heure", a déclaré le coordinateur des Affaires humanitaires de l'ONU dans ce pays, Johannes Van Der Klaauw, lors d'un point presse à Genève.

Il a appelé à "une pause humanitaire immédiate du conflit" au Yémen.

"Nous avons besoin de quelques heures au moins chaque jour", a-t-il expliqué aux journalistes.

Cette "fenêtre d'opportunité" souhaitée par l'ONU permettrait aux travailleurs humanitaires d'acheminer plus facilement l'aide dans le pays où la population manque de tout: de vivres, de médicaments, d'eau potable, de carburant, d'ambulances...

A Aden, en proie à des "milices incontrôlables", "la situation est particulièrement préoccupante, voir même catastrophique", a averti M. Van Der Klaauw.

Selon l'OMS, près de 650 personnes ont été tuées et plus de 2.000 blessées depuis la récente escalade du conflit au Yémen. Mais les chiffres réels sont certainement plus élevés car nombre des corps ne sont pas envoyés dans les hôpitaux mais directement enterrés, selon l'ONU.

De son côté, un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a indiqué que durant les 10 derniers jours 317 réfugiés yéménites étaient arrivés à Djibouti. 

En outre 582 arrivées, en majorité des Somaliens, ont été enregistrées dans différentes régions de Somalie.

"Les réfugiés nous ont expliqué que beaucoup de personnes essaient de quitter le Yémen mais n'y arrivent pas en raison de la pénurie de carburant et des tarifs élevés fixés par les opérateurs de bateaux", a indiqué le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, à Genève.

Le HCR se prépare à aider et à accueillir au cours des six prochains mois jusqu'à 30.000 nouveaux réfugiés à Djibouti, et jusqu'à 100.000 dans les régions de Somaliland et Puntland en Somalie.