NOUVELLES
10/04/2015 15:15 EDT | Actualisé 10/06/2015 01:12 EDT

Vancouver : les contribuables ne financeront pas le nettoyage du déversement

Le ministre fédéral de l'Industrie affirme que les contribuables ne paieront pas la facture de nettoyage du déversement du navire M/V Marathassa survenu dans les eaux de l'anse Burrard à Vancouver.

Un texte de Maryse Bernard

James Moore a souligné lors d'une conférence de presse vendredi qu'il existe un principe de pollueur-payeur au Canada.

Le ministre fédéral a également rappelé que 80 % des 2700 litres de combustible de soute déversés ont non seulement été contenus, mais aussi nettoyés.

James Moore a aussi critiqué d'autres paliers gouvernementaux qui montrent du doigt Ottawa devant sa réaction au déversement, alors que le nettoyage est encore en cours. Il accuse ces critiques de vouloir marquer des points politiques.

La Garde côtière défend son travail

Le commissaire adjoint de la Garde côtière canadienne, Roger Girouard, a déclaré sa fierté du travail de nettoyage de son équipe en réponse à l'incident.

Il soutient que le taux de nettoyage de 80 % est préliminaire, et que les chiffres pourraient augmenter. Selon lui, les équipes de la Garde côtière ont largement accompli leur objectif d'éviter que le combustible ne touche aux plages de Vancouver.

Il demande au public de ne pas tenter de nettoyer les rives. « Cela peut être dangereux pour votre santé. Laissez les professionnels s'en occuper », a-t-il déclaré.

Impact sur la faune

Quatre oiseaux sauvages ont été atteints par la substance déversée, selon Roger Girouard. Il confirme qu'ils ont été capturés pour être nettoyés.

Roger Girouard a ajouté qu'un phoque potentiellement en détresse a aussi été rapporté. Selon lui, il faut maintenant laisser les responsables de la protection de la faune faire leur travail.