NOUVELLES
09/04/2015 21:34 EDT | Actualisé 09/06/2015 01:12 EDT

Une fuite de carburant s'est produite dans la baie des Anglais à Vancouver

VANCOUVER - Un vraquier qui transportait du grain aurait déversé du carburant dans les environs de la baie des Anglais à Vancouver, mercredi soir, recouvrant ses eaux d'une nappe huileuse.Les autorités municipales ont utilisé les médias sociaux pour prévenir la population que ce produit est toxique. Elles ont donc invité les gens à s'abstenir d'y toucher. Jeudi, en fin d'après-midi, le carburant approchait les côtes de Vancouver Ouest, selon le site Internet de la ville.Les autorités ne sont pas encore parvenues à identifier la nature du liquide noir, qui ne s'est pas avéré être du carburant de soute comme elles l'avaient indiqué plus tôt.Selon le capitaine de la garde côtière Roger Girouard, dans le pire des cas, il pourrait s'agir de pétrole brut.M. Girouard a indiqué que 1400 litres du carburant avaient été pompés jusqu'à maintenant par les équipes de nettoyage.Le maire Gregor Robertson a affirmé que la Garde côtière canadienne, ainsi que le port et la Corporation de réponse marine de la côte Ouest s'occupaient des opérations.John Parker-Jervis, de l'autorité portuaire de Vancouver, a souligné qu'il ne savait pas encore s'il fallait parler d'«un gros déversement», mais il a précisé qu'une «importante opération» avait été déclenchée pour nettoyer les dégâts.Une équipe d'intervention d'urgence avait été alertée dès mercredi soir, pour tenter de gérer la situation. La baie des Anglais est située à proximité d'appartements, de commerces et du célèbre parc Stanley.Une estacade avait été mise en place autour du navire pour freiner sa progression, et ce, même si l'origine de la fuite n'avait pas encore été confirmée. L'équipage du Marathassa a d'ailleurs nié jeudi que la fuite provenait du bateau.La Corporation de réponse marine de la côte Ouest avait dépêché cinq bateaux sur place pour récupérer du carburant durant la nuit.Pourtant, les autorités municipales disent avoir été informées seulement jeudi matin, vers 6 h — soit 12 heures après les premiers signalements.«Nous tenterons d'en savoir davantage sur l'écart (de temps) entre le déversement lui-même et le moment où les employés de la ville ont été avertis», a affirmé le conseiller Geoff Meggs.L'aquarium de Vancouver a indiqué dans un communiqué qu'il avait dépêché une équipe sur le terrain pour assurer la protection des poissons, des oiseaux et des mammifères marins à risque.