NOUVELLES
10/04/2015 06:50 EDT | Actualisé 10/06/2015 01:12 EDT

Un programme pour les autochtones qui tentent leur chance hors réserve

La Première Nation Carry the Kettle Nakoda de la Saskatchewan a mis sur pied un programme pour aider les jeunes adultes âgés de 18 et 24 ans qui veulent s'établir dans un milieu urbain. Le programme nommé MORE (Moving On to Regina for Employment) a été développé en partenariat avec le Centre de préparation à l'emploi de Regina et l'Association familiale North Central.

Pour plusieurs jeunes autochtones, le saut vers la grande ville peut s'avérer difficile et peut être un échec. Le programme de huit semaines a comme objectif d'améliorer notamment l'estime personnelle et la gestion du temps. Il veut aussi donner aux participants les moyens de combattre le choc culturel et le racisme auquel ils peuvent être confrontés.

De plus, le programme MORE offre aux jeunes adultes qui veulent entamer leur carrière des conseils pratiques sur la planification de carrière, la préparation aux entrevues, la confection de lettre de préparation et de curriculum vitae ainsi que le développement de compétences. Selon l'une des organisatrices, Nettie Pelletier, beaucoup de jeunes adultes s'établissent à Regina sans soutien et ne réussissent pas à effectuer la transition.

Un programme apprécié des participants

Tony O'Watch, 23 ans, avait déjà tenté de quitter la réserve mais finissait toujours par y retourner. Il a toutefois réalisé qu'il devait terminer son éducation s'il voulait réaliser ses rêves, dont celui de devenir un soudeur sous-marin. Le jeune homme fait maintenant partie du programme MORE et il affirme que cela l'aide à effectuer la transition.

En plus des compétences à l'emploi, le programme MORE offre de l'aide pour les besoins essentiels tels que le logement ou les services de garderie. Cette aide est très appréciée par Cheyenne Williams et son conjoint Trey Littletent qui ont deux enfants en bas âge.

Bien qu'ils s'étaient déjà installés à Regina par le passé, ils avaient été obligés de revenir vivre sur la réserve en raison de problèmes financiers. Ils s'estiment maintenant mieux outillés pour faire face à la réalité d'habiter à Regina.

Cheyenne Williams dit être enthousiaste à l'idée que sa famille pourra vivre de façon autonome. Un certain intérêt a été démontré afin d'étendre le programme MORE à d'autres Premières Nations.