NOUVELLES
10/04/2015 12:11 EDT | Actualisé 10/06/2015 01:12 EDT

Prêts quand ça compte

La victoire contre les Red Wings jeudi semble avoir enlevé un peu de pression sur les épaules des joueurs du Tricolore. Les sourires étaient nombreux vendredi matin à Brossard.

Un texte de Antoine Deshaies

Avant le match contre Détroit, le Canadien avait perdu trois de ses quatre derniers duels, sans jamais offrir de performance convaincante.

« Ouf, oui elle a fait du bien cette victoire, a dit le défenseur Jeff Petry. C'était important pour l'équipe, mais aussi pour Carey Price. On tenait à ce qu'il batte le record tellement il a été bon pour nous cette saison. »

Au-delà du record de Price, la victoire de jeudi a permis de réaliser que Lars Eller semblait bel et bien prêt pour les séries. Le Danois a inscrit son 15e filet de la saison, son 7e but gagnant.

Eller a marqué quatre fois à ses six derniers matchs en plus d'amasser une aide.

« Il joue du hockey inspiré, analyse Michel Therrien. Il a haussé son niveau d'intensité. On le connait bien, c'est un gars de défis qui peut élever son jeu d'un cran quand ça compte. C'est ce que j'apprécie le plus de lui. »

Eller n'est pas le seul à rouler à plein régime.

Le nouveau-venu à la ligne bleue Jeff Petry connait aussi une très bonne séquence. L'Américain de 27 ans, qui sera joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, a récolté un but et une passe contre les Wings.

Il prolongeait ainsi sa série de matchs avec au moins un point à six. Il avait été blanchi à ses 12 premiers rencontres en bleu-blanc-rouge.

« Ça m'a pris un peu de temps pour comprendre précisément quel style de jeu on attendait de moi, explique Petry. On m'encourage à m'impliquer à l'attaque. Je me concentre là-dessus et je suis bien heureux. »

« On le sent plus à l'aise dans notre sytème, ajoute Michel Therrien. Il gagne en confiance et on lui donne plus de responsabilités. Il forme un très bon duo avec Alexei Emelin qui offre du jeu physique. Petry excelle avec son bâton. C'est un joueur de grande qualité. »

D'ailleurs, Michel Therrien a mis fin à son point de presse, sourire en coin, en disant qu'il n'attachait aucun élastique de bungee aux défenseurs pour les empêcher de pénétrer en territoire adverse.

DSP avec DD et PAP

Devante Smith-Pelly est une autre acquisition de Marc Bergevin qui a mis du temps à se mettre en marche. Il n'a récolté qu'un seul point à ses 15 premiers matchs avant d'être laissé de côté.

Depuis, il montre un peu plus de fougue. Jeudi contre les Red Wings, le trio qu'il formait avec David Desharnais et Pierre-Alexandre Parenteau a connu un bon match.

Ils ont obtenu cinq tirs au but (trois pour Parenteau et deux pour Smith-Pelly).

« On a eu des bonnes chances de marquer, surtout en première période, analyse Pierre-Alexandre Parenteau. Nous étions efficaces en échec-avant. C'est la clé du succès pour Smith-Pelly. Il est imposant et génère de la robustesse. C'est en jouant de cette façon qu'il aura du succès. »

Personne n'ira jusqu'à dire que Smith-Pelly peut faire oublier Max Pacioretty. Mais s'il connait du succès en séries comme l'an passé avec les Ducks d'Anaheim, il donnera un bon coup de main au Canadien qui en a bien besoin.