Vivre

Les camps futés : des camps de jour pas comme les autres

En cette période effervescente d’inscription aux camps de jour, plusieurs rivalisent d’originalité pour séduire les parents. Les camps futés, eux, proposent une formule dite de «divertissement réfléchi» pour faire de l’expérience du camp de jour bien plus qu’une façon de passer l’été.

Le concept imaginé par Ariane Cloutier, instigatrice des camps futés, vise à faire réfléchir les enfants par le jeu tout en impliquant les parents. Ce n’est pas un camp thématique, mais bien un concept de franchise qui peut s’appliquer à n’importe quel camp, même ceux thématiques (cirque, danse, etc.). «Les gens qui deviennent franchisés exploitent déjà des camps de jour, ce sont des spécialistes des loisirs», explique la créatrice. L’an dernier, c’était le projet pilote; cette année, cinq camps intègrent le programme, soit à Mirabel, Laval, Terrebonne, Rosemère et Saint-Lazare.

L’idée derrière Les camps futés et le «divertissement réfléchi» (thoughtful entertainment) est d’encourager les enfants à réfléchir tout en s’amusant. En tout, huit objets symbolisent des comportements à adopter pour favoriser la confiance en soi et les relations harmonieuses. Chaque objet est aussi associé à un moment dans la journée ou à une attitude à privilégier. «Par exemple, le nez de clown sert à dédramatiser les situations, c’est un outil d’intervention pour les animateurs. Si deux enfants se chamaillent, on les met face à face avec un nez de clown. Je vous garantis que ça finit rapidement dans le fou rire!» expose Ariane Cloutier.

Ces objets ne sont pas réservés qu’aux enfants : plusieurs s’adressent aussi aux parents. Pour l’instigatrice du concept, il est important d’impliquer davantage les parents dans l’expérience du camp de jour : «Le matin, on a le moment “feu d’artifice”, où les enfants, les parents et les animateurs célèbrent le début de la journée par une courte chorégraphie sur musique. À la fin de la journée, on propose le moment sablier, qui est l’occasion de relaxer, de prendre le temps de respirer avant le retour à la maison. Et ça, en tant qu’adultes, on se le permet rarement! Ça permet d’avoir une ambiance zen dans l’auto.»

Les cinq camps appliquant les valeurs «futées» s’adressent aux enfants de 5 à 12 ans, sur une période de 8 semaines. Les parents peuvent cependant inscrire leurs enfants à la semaine. Selon Ariane Cloutier, Les camps futés «allient créativité, sécurité et confiance en soi, ce qui est parfait pour rassurer les parents. Au-delà d’apprendre à lire et à écrire aux enfants, il faut leur donner des outils concrets pour stimuler leur confiance.»

Finalement, selon la créatrice des camps futés, les parents doivent garder trois choses en tête lorsqu’ils choisissent un camp de jour pour leur enfant. Tout d’abord, il faut connaître la personnalité de son enfant et choisir un camp qui lui correspond. Ensuite, il faut voir comment les animateurs agissent avec les enfants et avec les parents : «c’est incroyable l’impact qu’un animateur bien formé peut avoir sur les enfants». Finalement, Ariane Cloutier conseille aux parents de laisser les enfants s’amuser. «Si ça sort du cadre conventionnel, ça peut être bon aussi; oui, un enfant doit bouger et avoir de saines habitudes de vie, mais il a le droit de respirer et de relaxer.»

INOLTRE SU HUFFPOST

7 applications de voyage pratiques à télécharger avant de partir en vacances