NOUVELLES
09/04/2015 06:35 EDT | Actualisé 09/04/2015 06:35 EDT

Nucléaire iranien: pas d'accord sans une levée des sanctions au premier jour

BEHROUZ MEHRI via Getty Images
A combo of recent file pictures shows Iran's supreme leader Ayatollah Ali Khamenei (L) addressing the faithful at the weekly Muslim Friday prayers at Tehran University on June 19, 2009 and newly elected president, Hassan Rouhani, attending a press conference in the Iranian capital on June 17, 2013. Khamenei, who wields ultimate authority in Iran, backed Rouhani's overtures to the West but criticised some aspects of a UN visit during which he held talks with US counterpart Barack Obama during a speech to military commanders and graduating cadets in the Iranian capital on October 5, 2013. AFP PHOTO/BEHROUZ MEHRI (Photo credit should read BEHROUZ MEHRI/AFP/Getty Images)

L'Iran exige la levée de toutes les sanctions économiques au premier jour de l'application d'un accord avec les grandes puissances sur son programme nucléaire, a affirmé jeudi le président iranien Hassan Rohani alors que des incertitudes subsistent sur cette question.

"Nous ne signerons aucun accord si les sanctions économiques ne sont pas totalement annulées le jour même de son application", a déclaré M. Rohani lors d'un discours à l'occasion de la Journée nationale de la technologie nucléaire, retransmis par la télévision d'Etat.

L'Iran et les pays du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu la semaine dernière à Lausanne un accord-cadre, prélude à un accord final qui doit être signé d'ici fin juin et comprendre tous les détails techniques et juridiques.

Ce document d'étape de 4 feuillets fixe des paramètres sur les points clés de la négociation: enrichissement d'uranium, contrôle et inspections, sanctions et durée de l'accord.

Mais le calendrier de la levée des sanctions est l'un des sujets de désaccords entre les deux parties. Les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, veulent une levée progressive, à mesure que les engagements de l'Iran seront vérifiés par l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le gendarme nucléaire de l'ONU.

Pas d'accord définitif

L'accord-cadre conclu entre l'Iran et les grandes puissances à Lausanne la semaine dernière sur le programme nucléaire de Téhéran ne garantit pas la signature d'un accord définitif d'ici fin juin, a affirmé jeudi le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Ce qui a été fait jusqu'à maintenant ne garantit ni l'accord en lui-même, ni son contenu, ni même que les négociations iront jusqu'au bout", a estimé le numéro un iranien, qui a le dernier mot sur le dossier, dans des propos rapportés par son site internet officiel.