DIVERTISSEMENT
09/04/2015 11:01 EDT

Adieu «SNL Québec», bonjour «Le nouveau show» à Radio-Canada! (VIDÉO)

L’équipe de SNL Québec est sauvée! Les huit comédiens révélés par l’adaptation québécoise de Saturday Night Live auront un nouveau terrain de jeux pour s’éclater et délirer, à Radio-Canada, la saison prochaine. Littéralement intitulée Le nouveau show, l’émission, produite par Fair Play, reposera elle aussi sur des sketchs humoristiques et se déploiera sur plusieurs plateformes de la société d’État, à différents moments de l’année 2015-2016.

Les esprits vifs auront remarqué que l’acronyme de Le nouveau show, LNS, inverse les lettres de SNL, mais on a assuré, jeudi matin, lors d’un point de presse très attendu, que le clin d’œil n’était pas volontaire et qu’il ne s’agissait là que d’une pure coïncidence.

De toute façon, Le nouveau show n’aura pas énormément de points en commun avec SNL Québec. Les 13 épisodes de 30 minutes s’appuieront entièrement sur le talent des comédiens Pier-Luc Funk, Virginie Fortin, Phil Roy, Léane Labrèche-Dor, Mathieu Quesnel, Katherine Levac, Mickaël Gouin et Guillaume Girard - les deux lecteurs de nouvelles de SNL se joignent au groupe d’acteurs –, mais aucun invité-vedette ne se joindra aux étoiles montantes pour faire lever le gâteau.

À la place d’un animateur traditionnel, on filmera des segments dans les coulisses, dans la salle de maquillage, les loges, les couloirs, le studio, où les interprètes se montreront «en eux-mêmes» à la caméra, pour assurer les transitions entre les diverses portions jouées. Des personnalités connues pourraient effectuer des apparitions («caméos») à l’occasion, mais ce n’est pas là la raison d’être du Nouveau show.

Les imitations, caricatures, parodies et autres folies du Nouveau show ne seront pas inspirées de l’actualité, étant donné que Le nouveau show connaîtra plusieurs vies. D’abord, les différentes éditions seront déposées, à l’automne, sur le portail EXTRA de Tou.tv; il faudra donc être abonné au service pour se délecter des capsules du Nouveau show. On ne sait pas encore si les 13 demi-heures seront mises en ligne toutes en même temps, à la manière de Netflix, ou alors une à la fois, et à quelle fréquence; tout reste à déterminer. Ensuite, à l’hiver 2016, l’émission passera à ARTV, et terminera sa route à Radio-Canada, à une date encore inconnue, qu’on imagine quelque part au printemps.

Comme c’était le cas pour SNL Québec, Josée Fortier agira à titre de productrice au contenu et un groupe d’environ six auteurs, certains issus des troupes de SNL Québec, d’autres non, travaillera aux textes. On promet que le type d’humour demeurera un brin absurde, irrévérencieux et audacieux. Certains personnages devenus célèbres, comme la Paidge Beaulieu de Katherine Levac, pourraient très bien renaître dans les décors de ce Nouveau show.

Toutes les saynètes – il y en aura entre trois et quatre par épisode, dépendamment de la durée de chacune - seront enregistrées devant public, en temps réel, et le tournage aura lieu cet été, dans un endroit qui n’a pas encore été déterminé.

Développer une relève

Non, Radio-Canada n’aurait pas pu récupérer SNL Québec. L’exigeante formule américaine, qui oblige une diffusion de 90 minutes en direct le samedi soir, n’a trouvé aucune «famille d’accueil» après que Télé-Québec l’eût abandonnée, il y a quelques semaines. Le producteur Fair Play a approché quelques réseaux, des négociations avec Super Écran ont bel et bien eu lieu, mais n’ont pas réussi à réchapper le rendez-vous mensuel du naufrage.

Heureusement, Dominique Chaloult, aujourd’hui directrice générale de la télévision de Radio-Canada, qui avait elle-même pris le risque d’ajouter SNL Québec à sa grille-horaire lorsqu’elle était à la tête de Télé-Québec, l’an dernier, suivait les opérations de près et avait avisé les producteurs Guy Villeneuve et Michel St-Cyr de lui faire signe avec un concept remanié si les discussions n’aboutissaient pas ailleurs. Même lorsqu’elle siégeait encore à Télé-Québec, Dominique Chaloult pressentait que la mise à mort de SNL Québec était inévitable, question de budget. Mais elle ne voulait pas voir mourir dans l’œuf les fondements d’une bonne idée qui regorgeait encore de potentiel.

«Je ne voulais pas laisser tomber l’équipe, a expliqué Dominique Chaloult. On a quand même implanté la marque SNL à Télé-Québec mais, à l’origine, notre but, c’était de développer une relève. Maintenant qu’on l’a fait, pourquoi ne pas prendre cette relève et créer avec elle une autre émission? Cette relève est maintenant prête à venir nous rejoindre, à Radio-Canada.»

En ce qui a trait au procédé multi-écrans mis de l’avant pour propulser Le nouveau show, il s’inscrit dans une tendance que Radio-Canada tend à adopter de plus en plus, considérant les nouvelles habitudes de consommation des téléspectateurs.

«C’est une stratégie qui a pour but d’atteindre toutes les formes de clientèles, a noté Dominique Chaloult. L’EXTRA de Tou.tv, ARTV et Radio-Canada n’ont pas tous le même public. C’est une première tentative qu’on tente en stratégie multiplateformes, et il y en aura d’autres dans le futur.»

Le nouveau show n’a absolument rien à voir avec la revue humoristique hebdomadaire animée par Laurent Paquin et produite par KOTV, dont un pilote a déjà été tourné et dont La Presse et Le Soleil ont abondamment parlé récemment.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoLa fin de «SNL Québec» Voyez les images