NOUVELLES
08/04/2015 03:37 EDT | Actualisé 09/04/2015 02:12 EDT

Le SPVM donne l'assaut à l'UQAM (VIDÉOS/PHOTOS)

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a mis fin à l'occupation du pavillon J.-A. De Sève de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Des dizaines d'étudiants y observaient un sit-in pour protester contre l'opération policière qui s'est soldée par 22 arrestations en après-midi, mercredi.

Le bilan préliminaire de la police faisait état en début de nuit d'une agression armée sur un policier, ainsi que de quatre interpellations en vertu d'un règlement municipal ou du Code de sécurité routière.

Le SPVM a entamé une intervention musclée peu après minuit, jeudi, après avoir reçu d'un responsable de l'UQAM un avis pour mettre fin à l'occupation et évacuer les lieux. Ses agents patrouillaient jusqu'alors aux abords de l'université.

Les policiers ont fait un énorme trou dans une vitrine de l'entrée du pavillon pour pénétrer dans le bâtiment, dont les portes étaient bloquées par de multiples objets.

Les occupants ont fui à l'extérieur du pavillon par une porte à l'arrière du bâtiment, sur la rue Sanguinet.

Des étudiants ont alors décidé de s'en prendre à des véhicules du SPVM. Un panneau de signalisation a entre autres été lancé dans le pare-brise d'une camionnette du SPVM, alors que quatre autres véhicules ont subi des dommages divers.

Galerie photo
Méfaits à l'UQAM
Voyez les images


Des dizaines de manifestants ont ensuite emprunté la rue Sainte-Catherine en direction est, où ils ont lancé des poubelles, des bacs à fleurs et des panneaux de signalisation sur la voie publique pour bloquer la circulation. Ils ont été poursuivis par des policiers, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes et du poivre de Cayenne pour les disperser.

Les manifestants venus soutenir les occupants à l'extérieur ont aussi été dispersés à l'aide de gaz lacrymogènes.

De nombreux dégâts ont été constatés à l'intérieur du pavillon J.-A. De Sève. Des bureaux ont été saccagés et des caméras de surveillance et des machines-distributrices détruites.

Un véhicule du SPVM a été endommagé. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Arrestations, occupation et négociations

Entre 100 et 200 étudiants ont observé en soirée, mercredi, un sit-in au premier étage de l'université, à l'étage supérieur du pavillon J.-A. De Sève, pour protester contre les arrestations effectuées par le SPVM plus tôt dans la journée dans les locaux de l'UQAM.

Dix hommes et onze femmes âgés de 18 à 36 ans avaient été arrêtés, quatre d'entre eux étant accusés d'attroupements masqués et de méfaits. Dix-sept autres ont été accusés d'attroupements illégaux et de méfaits. Et une 22e personne a été arrêtée pour vol de cellulaire. Ils devaient tous être libérés en soirée sous promesse de comparaître.

Des discussions entre les membres de la direction, dont le recteur Robert Proulx, et un groupe d'étudiants et de professeurs de l'UQAM en vue de dénouer la crise, ont échoué.

Ce groupe demandait le retrait de menaces d'expulsion de 9 étudiants pour des motifs qui remontent à 2013, le non-renouvellement de l'injonction obtenue par l'UQAM qui prend fin lundi et que la direction ne fasse plus appel, dans le futur, au SPVM.

Sandrine Ricci, chargée de cours au département de sociologie qui participait aux discussions, s'est dite amèrement déçue.

Mme Ricci dit avoir été témoin, mercredi, de violences de la part des agents de sécurité et de policiers qui n'avaient « aucune commune mesure » avec le comportement des étudiants qui tentaient de lever les cours. « J'étais là en tant qu'observatrice, et je suis ulcérée par les scènes de violence que j'ai vues », a-t-elle déclaré.

En soirée, le recteur Robert Proulx a publié un communiqué dans lequel il rappelait que « les actes d'intimidation n'ont pas leur place à l'UQAM ». « Il faut maintenant œuvrer collectivement à un retour rapide au calme sur notre campus », avait-il conclu.

Un escalier mobile a été bloqué. Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

Une journée mouvementée

En matinée, des gens se sont introduits dans l'établissement pour bloquer l'accès aux cours. Et ce, en dépit du fait que l'UQAM a obtenu une injonction interdisant aux manifestants de bloquer l'accès à l'Université ou aux salles de cours et leur ordonnant de cesser toute forme d'intimidation.

Le recteur Robert Proulx a affirmé en entrevue sur ICI Radio-Canada Première qu'il y a eu des voies de fait perpétrées sur des étudiants et des membres du personnel mercredi matin.

Puis, en après-midi, lorsqu'au moins une centaine de personnes ont entrepris de perturber les cours auxquels assistaient des étudiants en gestion, la direction a appelé la police.

Lorsque les manifestants se sont retrouvés face aux policiers, la tension était palpable. Des coups ont été échangés entre des étudiants, des agents de sécurité et des policiers. Il y aurait eu du vandalisme contre des caméras de surveillance.

Une étudiante, Alexandra Picard-Dubé, raconte que des manifestants ont essayé de sortir les gens des classes. « Là, ils se sont mis à pousser du monde, à pousser les gardes de sécurité », a-t-elle expliqué, ajoutant que les policiers sont arrivés sur place peu de temps après. « Ça se frappait de tous les bords, j'ai vu des manifestants frapper des policiers dans la face, des manifestants se faire coucher à terre violemment », a-t-elle décrit.

Le recteur de l'UQAM reconnaît qu'il n'est guère dans la culture de l'établissement d'en appeler aux forces de l'ordre, mais il estime ne pas avoir eu le choix : « Moi j'ai une responsabilité au niveau des gens qui fréquentent l'UQAM , ils doivent pouvoir le faire sans danger et sans être intimidés ».

uqam

Les étudiants interpellés ont d'abord été détenus dans une salle de cours. Les policiers les ont ensuite emmenés dans un fourgon cellulaire.

En dépit de ces arrestations, d'autres étudiants ont poursuivi la manifestation. Face au déploiement policier, certains avaient dressé une barricade de fortune avec des bacs de recyclage. Les policiers ont cédé le pas aux agents de sécurité pendant que cinq ou six professeurs et chargés de cours ont tenté de calmer le jeu.

La présidente des chargés de cours de l'UQAM, Marie Blais, n'était pas sur place, mais elle dénonce le recours à l'intervention des policiers. « C'est inadmissible que dans une université (..) la police soit demandée par une administration. C'est inadmissible, ils ont provoqué la situation », a affirmé Mme Blais.

Couillard condamne fermement le grabuge

En marge d'une conférence de presse sur le Plan Nord, le premier ministre Philippe Couillard a tenu à condamner fermement le comportement des individus interpellés à l'UQAM.

« Quand on pose des gestes déplorables, on doit en assumer la conséquence. Et je regrette, mais à moins que vous me nommiez un pays qui accepte ça, se promener en cagoule dans un établissement d'enseignement supérieur, empêcher les gens d'avoir accès à leur cours, briser le matériel, je ne connais pas beaucoup d'endroits où ce genre de comportement est toléré sans sanctions », a insisté le premier ministre.

Selon Philippe Couillard, les sanctions pour de tels comportements peuvent légitimement aller jusqu'à l'expulsion des fautifs, ajoutant que les administrations universitaires ne doivent pas hésiter à faire appel aux forces de l'ordre lorsqu'elles le jugent nécessaire.

« Si j'avais à le dire de façon imagée, si quelqu'un rentrait chez nous cagoulé pour faire du grabuge, j'appellerais la police. Et je m'attends à ce que les dirigeants d'établissement d'enseignement aient la même attitude. » — Philippe Couillard

Un manifestant arrêté à l'UQAM

Une intervention peu appréciée

Le recteur de l'UQAM a réagi vivement aux propos du premier ministre. Robert Proulx affirme avoir le contrôle de la situation : « J'ai pas besoin de personne pour me dire quoi faire », a-t-il rétorqué.

M. Proulx affirme qu'une partie de l'agitation à l'UQAM est causée par des gens qui ne sont même pas étudiants au sein de l'établissement. « C'est un problème qu'on vit. Les associations étudiantes prennent la décision, ils font la grève et on observe que sur 200 manifestants, il y en a seulement 40 de l'UQAM », constate le recteur.

L'injonction qu'a obtenue l'UQAM prendra fin lundi prochain. Robert Proulx n'exclut pas la possibilité d'en réclamer une seconde.

Dans un communiqué publié en soirée, le recteur a réitéré sa volonté de ne pas tolérer « des pratiques militantes qui s'appuient sur le vandalisme et la violence » et dénoncé « l'irruption de manifestants masqués - dont bon nombre ne sont pas des étudiants de l'UQAM, il faut le dire - dans les corridors et les salles de classe de l'université ».

Québec solidaire blâme la direction

La députée de Québec solidaire Manon Massé blâme la haute direction de l'UQAM pour avoir fait appel à la police. « Au lieu de dialoguer avec la communauté universitaire, comme le veut la tradition de cette université, elle a recours à la force », déplore la députée, qui parle d'un acte déloyal.

Elle croit que l'UQAM aurait mieux fait, pour dénouer la crise qui secoue l'UQAM depuis deux semaines, de revenir sur son intention d'expulser neuf étudiants en annulant les procédures en cours.

Quelque 15 000 étudiants sont encore en grève à l'UQAM sur un total de 44 000 inscrits. Mardi, l'ASSE y a subi son premier revers, alors que les membres de l'Association facultaire des étudiants en langue et communication de l'UQAM (AFELC) ont voté pour retourner en classe.

À l'Université de Montréal, huit associations regroupant 2500 étudiants sont toujours en grève, alors que seize autres ont mis un terme à leur débrayage. À l'Université Laval, seules deux associations étudiantes - en anthropologie et en sociologie - demeurent en grève, alors que l'Université de Sherbrooke est toujours touchée par quelques grèves de durée.

Le mouvement de grève touche sinon trois cégeps, tous à Montréal.

Avec les informations de Jérôme Labbé et de Dominic Brassard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Manifestation contre l'austérité à Montréal, 2 avril 2015
Voyez les images