NOUVELLES
07/04/2015 14:46 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Une autre année exigeante attend les Québécois, affirme Couillard

QUÉBEC - Une autre année «exigeante» attend les Québécois, a prévenu le premier ministre Philippe Couillard, mardi, un an jour pour jour après l'élection des libéraux au pouvoir.La première année du gouvernement Couillard a été marquée par d'importantes compressions de dépenses, des choix budgétaires douloureux et un bouleversement des structures administratives. Les décisions difficiles se sont succédé, braquant au passage les groupes de pression, notamment les syndicats et les associations communautaires et étudiantes.Pour parvenir au déficit zéro à la fin de la présente année financière et maintenir l'équilibre par la suite, le gouvernement devra maintenir la pression sur les dépenses, a soutenu M. Couillard.Il y a «une autre année exigeante devant nous, mais une année sur nos 400 ans d'histoire qui nous amène par la suite à de meilleurs moyens», a dit le premier ministre en conférence de presse, accompagné des membres de son cabinet à Québec.La plus grave erreur serait de retourner dans l'endettement et le déséquilibre chronique des finances publiques, a-t-il fait valoir.«Je suis profondément persuadé que la plus grande menace à la qualité de nos services publics, ce sont les déficits répétés et l'endettement, ça c'est le véritable précipice vers lequel la négligence des finances publiques nous entraîne», a analysé M. Couillard.Si les efforts demandés sont astreignants, ils ne sont pas inédits pour autant, a affirmé le premier ministre, rappelant les coupes massives du gouvernement péquiste de Lucien Bouchard à la fin des années 1990.Le Parti québécois au pouvoir avait réduit les enveloppes de «5 ou de 6 pour cent en termes réels», a relaté le premier ministre et député de Roberval.«Ça, c'était la véritable austérité», a-t-il dit.Encore une fois, M. Couillard a rejeté l'étiquette d'austérité accolée à son gouvernement. Même avec un maigre 1,4 pour cent pour la santé et 0,2 pour cent en éducation, les dépenses continuent de croître au Québec, a-t-il fait valoir.«Ce qu'on fait actuellement, c'est une pause, on maintient les enveloppes, on les augmente très légèrement, c'est vrai, mais ça nous permet de repartir sur un bien meilleur pied après», a souligné le chef du gouvernement libéral.Les partis d'opposition ont beaucoup reproché au gouvernement Couillard ces derniers mois d'avoir rompu certains de ses engagements électoraux, en particulier sa promesse de limiter à l'inflation les hausses de tarifs en garderie. Les libéraux avaient pris cet engagement en réaction à l'augmentation de 7 $ à 9 $ du tarif quotidien en garderie annoncée par le gouvernement précédent à la veille de la campagne électorale.Or, une fois au pouvoir, les libéraux ont abandonné le critère de l'inflation et ont plutôt opté pour une modulation des tarifs entre 7,30 $ et 20 $ par jour.La promesse a été rompue, certes, mais sans regret, a répliqué le premier ministre.«Je dis franchement aux Québécois: j'ai fait différemment de ce que j'avais dit pendant la campagne, avec les circonstances bien sûr, mais je ne le regrette pas parce que je pense que c'est plus équitable et que ça permet de maintenir ce système auquel on tient tous», a argué M. Couillard.Pour les trois prochaines années du mandat, le gouvernement fera «ce qu'il doit faire avec les moyens qu'on a» et réalisera «la grande majorité» de ses engagements, a-t-il assuré.Avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, comme figure de proue, le gouvernement libéral a bousculé bien des acteurs du réseau depuis un an. L'abolition des Agences de santé et les nouvelles exigences imposées aux médecins ont accaparé le débat public. Le premier ministre en retient une leçon tirée de son expérience: il est toujours possible de «faire mieux», en dépit des résistances internes.«Chaque fois qu'un établissement ou un réseau nous dit: 'on ne peut plus faire mieux', ce n'est jamais vrai. On peut toujours faire mieux, on l'a démontré dans le passé, on va le développer», a-t-il dit.Et la rigueur ne s'arrêtera pas au retour à l'équilibre budgétaire. Une fois l'encrier rouge rangé, les Québécois devront se résoudre à vivre selon leurs moyens, a fait comprendre le leader libéral.«On a cette année exigeante à faire pour maintenir l'équilibre qu'on a réalisé avec beaucoup d'efforts, il faut le maintenir pour l'année et après, la rigueur budgétaire ne s'arrête pas, elle continue, a-t-il dit. Après, on prend l'habitude de ne pas dépenser plus que ce que nous gagnons, comme toutes les familles font, comme toutes les entreprises font.»À ce sujet, M. Couillard peut compter sur l'appui de son ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, qui croit en effet que le temps des services publics «chromés» est révolu.«Au Québec, on a pris l'habitude depuis quelques années qu'à chaque fois qu'on fait un programme, c'est le plus généreux au Canada et au monde, a dit M. Hamad avant la réunion du conseil des ministres. Là, on revient à la moyenne et même plus haut que la moyenne. On revient à ce qui est important, les services essentiels importants pour les citoyens et à ce que les citoyens méritent de recevoir.»