NOUVELLES
07/04/2015 06:11 EDT | Actualisé 07/04/2015 06:12 EDT

Traces de radioactivité dans le Pacifique canadien liées à Fukushima

AFP via Getty Images
A worker wearing a protective suit and a mask looks up welding storage tanks for radioactive water, under construction in the J1 area at the Tokyo Electric Power Co's (TEPCO) tsunami-crippled Fukushima Daiichi nuclear power plant in Okuma in Fukushima prefecture on March 10, 2014, nearly three years after the plant was paralyzed by the March 11 earthquake and tsunami in 2011. Members of the media were allowed into the plant a day before the third anniversary of the March 11, 2011 earthquake and tsunami, which triggered the world's worst nuclear crisis since Chernobyl. AFP PHOTO / Toru Hanai / POOL (Photo credit should read TORU HANAI/AFP/Getty Images)

Des traces de radioactivité sans danger pour l'homme provenant de la centrale japonaise endommagée de Fukushima en 2011 ont été détectées récemment dans deux échantillons d'eau de mer prélevées près des côtes ouest du Canada, a-t-on appris mardi auprès du réseau de surveillance InForm.

C'est la première fois que des traces de césium 134 sont détectées sur les côtes nord-américaines.

Il s'agit de l'isotope de césium caractéristique de l'accident de la centrale électrique de Fukushima, provoqué le 11 mars 2011 par un gigantesque tsunami qui avait suivi un séisme de magnitude 9 au nord-est du Japon.

Les échantillons ont été prélevés en février près des côtes de Colombie-Britannique puis analysés par les scientifiques du réseau InForm.

Pour autant "les niveaux de césium sont bien en deçà des niveaux de radioactivité reconnus au niveau international comme pouvant représenter un danger pour la santé humaine ou pour l'environnement", a indiqué le réseau InForm (Integrated Fukushima Ocean Radionuclide Monitoring) sur son site.

L'un des scientifiques de ce réseau, le professeur Jay Cullen de l'université de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, a expliqué que ces traces de pollution sur les côtes n'étaient pas surprenantes.

"Les niveaux (de césium, ndlr) qui ont été détectés à la fois au large ou sur les côtes sont pertinents avec les modèles qui avaient prédit l'arrivée de cette contamination sur la côte" pacifique, a-t-il déclaré sur la radio canadienne CBC.

Sur les deux échantillons, le niveau de césium 134 dans l'eau est 1.000 fois moins important que le seuil de tolérance pour la santé humaine, a-t-il ajouté.

La surveillance de la qualité de l'eau de mer, de la faune et flore marines va se poursuivre encore quelques années afin d'appréhender l'impact environnemental de la catastrophe de Fukushima, a souligné le réseau InForm.

Ce réseau est constitué de scientifiques, de professeurs, d'organisations gouvernementales, de représentants de la société civile ou de simples citoyens volontaires qui collectent et analysent des échantillons.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Tsunami Debris Voyez les images