POLITIQUE
07/04/2015 09:46 EDT | Actualisé 07/04/2015 10:05 EDT

Un an de gouvernement Couillard: promesses tenues ou non?

CP

Le 7 avril, le gouvernement Couillard célébrera l'anniversaire de sa première année au pouvoir. Pendant les 34 jours de la campagne électorale au Québec en 2014, le chef du Parti libéral a présenté plus de 80 engagements. Lesquels a-t-il respectés? Une relecture du programme électoral permet de voir quelles promesses ont été tenues jusqu'à maintenant.

Un texte de Julie Dufresne

LES PROMESSES RÉALISÉES

1. Un ministre délégué aux PME

Les libéraux ont promis le 3 avril 2014 de créer ce poste ministériel pour appuyer le développement des petites et moyennes entreprises.

Une promesse tenue le 23 avril 2014.

2. Un forum contre l'intimidation

Philippe Couillard promet le 12 mars 2014 que les libéraux lutteront contre toutes les formes d'intimidation, avec un forum instauré dans les 100 premiers jours d'un gouvernement libéral.

Un engagement réalisé le 2 octobre 2014.

3. L'atteinte de l'équilibre budgétaire

Promis le 18 mars 2014.

Une promesse tenue au dépôt du budget le 26 mars 2015.

4. L'élimination graduelle de la taxe santé

Promis le 18 mars 2014.

Un plan d'élimination progressive jusqu'en 2019 a été présenté au dépôt du budget, le 26 mars 2015.

5. L'abolition des directions régionales de l'Éducation

Une promesse faite le 10 mars 2014.

La mesure a été confirmée le 3 mars 2015, mais les économies estimées à 15 millions de dollars par année sont plutôt de l'ordre de 8 millions de dollars.

6. Les régimes de retraite municipaux

Les libéraux promettent le 23 mars 2014 de légiférer pour assurer la pérennité des fonds de pension municipaux.

Une promesse tenue le 4 décembre 2014, avec l'adoption du projet de loi 3.

7. Un crédit d'impôt à la rénovation

Ils promettent le 24 mars 2014 un crédit d'impôt remboursable de 20 % pour soutenir les familles qui désirent rénover leur domicile.

Un engagement réalisé le 24 avril 2014.

8. Les droits de scolarité

Les libéraux s'engagent le 25 mars 2014 à revoir les droits de scolarité des étudiants issus de la Francophonie, afin qu'ils paient l'équivalent de ce que paient les étudiants canadiens.

Une promesse tenue le 12 février 2015, avec exception pour les Français déjà inscrits et ceux qui sont au 2e ou 3e cycle.

LES PROMESSES EN COURS

1. Le financement des infrastructures

Le PLQ promet le 18 mars 2014 de rétablir le financement pour l'entretien et la modernisation des infrastructures, avec un budget qui passe de 9,5 à 11 milliards de dollars.

Un engagement réalisé en partie le 4 juin 2014, avec le dépôt du budget. Le financement n'est pas récurrent sur 10 ans, comme le PLQ le promettait.

2. Des trains de banlieue au pont Champlain

Les libéraux s'engagent le 26 mars 2014 à compléter les projets des trains de l'Ouest et de l'Est, ainsi qu'à parachever le remplacement du pont Champlain dans les meilleurs délais, en assurant que celui-ci sera sans péage et doté d'un système de transport en commun adapté.

Le 13 janvier 2015, Québec annonce une entente avec la Caisse de dépôt et placement du Québec pour la réalisation de deux projets : le développement du transport collectif sur le pont Champlain et le système de transport collectif reliant le centre-ville de Montréal à l'aéroport Montréal-Trudeau et l'Ouest-de-l'Île.

3. Le projet de l'échangeur Turcot

Le PLQ s'engage le 26 mars 2014 à accélérer les travaux.

Le 18 décembre 2014, le ministre des Transports, Robert Poëti, signe un contrat pour la conception et la construction des infrastructures principales de Turcot avec le consortium KPH Turcot.

4. Les statuts de Montréal et Québec

Les libéraux promettent les 2 et 23 avril 2014 de conférer un statut particulier de métropole à Montréal, et de capitale nationale à Québec.

Des discussions sont en cours.

5. La charte des valeurs

Le PLQ s'engage le 4 avril 2014 à rendre publics les avis juridiques commandés par le gouvernement du Parti québécois sur son projet de charte des valeurs.

Le 30 avril, le ministère de la Justice a publié une lettre expliquant qu'aucun avis juridique ne lui avait été demandé sur la charte de la laïcité (projet de loi 60). À ce jour, le député Bernard Drainville a toujours soutenu que le gouvernement Marois avait en main tous les avis juridiques nécessaires pour aller de l'avant avec le projet de charte des valeurs.

LES PROMESSES TOUJOURS NON TENUES

1. Les tarifs des services de garde

Le PLQ promet le 18 mars 2014 que ces tarifs seront indexés à compter de 2015.

Le 20 novembre 2014, Québec annonce une modulation des tarifs en fonction du revenu familial. Le tarif quotidien passera dans certains cas de 7 à 20 $ par jour.

2. Des surplus prévus dès 2015-2016

Les libéraux prennent cet engagement le 18 mars 2014, lors de la présentation du cadre financier.

Le 26 mars 2015, aucun surplus n'est dégagé dans le deuxième budget Leitao.

3. Les commissions scolaires

En vertu de la promesse libérale du 10 mars 2014, les commissions scolaires continueront d'offrir des services aux écoles de leur territoire.

À voir avec la réforme, qui comprend la fusion de commissions scolaires.

4. La neutralité de l'État

L'équipe libérale promet le 4 avril 2014 le dépôt d'un projet de loi pour affirmer la neutralité de l'État et baliser les accommodements religieux.

Le gouvernement s'est engagé à présenter ce projet de loi d'ici juin 2015.

À VOIR DANS 5 ANS

250 000 emplois en 5 ans

Une promesse faite le 6 mars 2014.

Les supercliniques et superinfirmières

Le 11 mars 2014, le PLQ promet de créer 50 supercliniques dans tout le Québec et 2000 postes d'infirmières praticiennes spécialisées. L'échéancier est toujours inconnu.

Le Plan Nord +

Une promesse faite le 14 mars 2014. Le gouvernement en a parlé ici et à l'étranger, mais l'échéancier et les détails demeurent inconnus.

Une stratégie maritime

Un engagement pris le 15 mars 2014. Le gouvernement en fait la promotion ici et à l'étranger, mais l'échéancier et les détails restent inconnus.

Des compressions en éducation

Le 10 mars 2014, le PLQ promet de réduire de 100 personnes par année pendant cinq ans les effectifs administratifs.

6 CONTROVERSES QUI ONT MARQUÉ L'AN 1

  • La crise au CHUM;
  • Le discours uniquement en anglais en Islande;
  • La hausse des tarifs des services de garde;
  • 250 000 emplois : promesse ou cible? Carlos Leitao laisse entendre que ce n'est qu'une cible;
  • La première évasion d'Orsainville : le premier ministre intervient pour appuyer sa ministre;
  • Le remaniement ministériel à la suite de la démission du ministre de l'Éducation Yves Bolduc, après plusieurs déclarations malhabiles.

À SURVEILLER POUR LA 2E ANNÉE

  • Les négociations avec le secteur public s'annoncent houleuses;
  • Les grèves et les manifestations des étudiants. Certains craignent un nouveau printemps érable;
  • Un menu législatif costaud : les réformes de la santé et de l'éducation, le projet de loi sur la neutralité de l'État, le Plan Nord et la stratégie maritime, la nouvelle politique de l'immigration.