NOUVELLES
07/04/2015 14:35 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Port de Gros-Cacouna : les gestionnaires gardent espoir en la relance économique du site

La décision de TransCanada d'abandonner son projet de port pétrolier à Cacouna déçoit les gestionnaires des installations du site de Gros-Cacouna.

Toutefois, le président de la Commission régionale du port de Gros-Cacouna, Gilles D'Amour estime qu'il est encore possible de développer le potentiel industriel des installations, bien que les projets risquent d'être de moindre envergure.

Le député fédéral de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, François Lapointe, qui siège à la Commission, est du même avis.

Le député croit toutefois que les projets à venir devront d'abord obtenir l'approbation des citoyens, particulièrement en ce qui a trait au respect des normes environnementales.

« Si le projet est durable, c'est-à-dire qu'il y a création d'emplois avec un certain nombre de métiers spécialisés, et que la matière qui est traitée sur place ne menaçait pas l'environnement, je suis complètement partant », affirme François Lapointe.

« Je pense que tout promoteur va devoir avoir une stratégie de communication très claire, renchérit Karine Malenfant, directrice générale de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Il faudra informer le milieu dès le départ. Je pense qu'il y a eu vraiment un problème sur ce plan avec TransCanada ».

Les gestionnaires espèrent pour l'heure conclure prochainement une entente avec le port de Québec afin que les installations de Cacouna soient utilisées à titre de port de débordement.