NOUVELLES
07/04/2015 10:46 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Mort d'homme à T.-N.-L. : la GRC fait le point

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a dévoilé certains éléments de son enquête sur la mort d'un homme qui a diffusé des propos menaçants à l'endroit du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador.

Un agent de la Royal Newfoundland Constabulary (NRC) a tué par balle Donald Dunphy, un résident de Mitchells Brook, dimanche dernier.

L'agent du service policier responsable de la sécurité du premier ministre de la province enquêtait sur des commentaires que M. Dunphy a émis sur le réseau social Twitter la semaine dernière.

M. Dunphy, qui a souvent critiqué les autorités sur la façon dont il a été traité comme travailleur blessé, répondait à un Tweet somme toute assez anodin du ministre de la Famille et de la Jeunesse de Terre-Neuve, Sandy Collins.

Dans son message, M. Collins disait avoir voyagé avec le premier ministre Paul Davis en écoutant l'album « The Sun In Your Eyes » du groupe terre-neuvien Sherman Downey and The Ambiguous Case.

Puis, M. Dunphy a répliqué qu'il n'allait « pas mentionner de nom cette fois-ci », mais qu'il « pourrait blesser des membres de la famille de deux députés ».

À ce jour, l'enquête de la GRC indique que le responsable de l'enquête s'est rendu à la résidence de Donald Dunphy et qu'il a parlé avec ce dernier à la porte.

La GRC affirme que l'agent s'est identifié comme étant un membre des forces policières et a été invité dans la maison de M. Dunphy par ce dernier.

« Une fois à l'intérieur de la résidence, l'agent et M. Dunphy ont discuté pendant environ 15 minutes », peut-on lire dans la déclaration écrite de la GRC de Terre-Neuve.

Pendant cette période, la GRC note qu'il y a eu un changement soudain et dramatique dans l'ambiance de la visite.

Le policier aurait été confronté à M. Dunphy qui aurait pointé une arme à feu à canon long à l'endroit de l'officier.

« Les données indiquent que le policier a répondu à cette menace par la force létale en utilisant son pistolet de service. M. Dunphy a été abattu et a succombé à ses blessures sur les lieux, immédiatement », affirme la GRC.

L'examen de la scène par les enquêteurs de l'unité judiciaire a mené à la saisie d'un fusil de calibre .22 trouvé sur le plancher de la résidence, à côté du corps de M. Dunphy.

Le fusil était chargé selon les autorités. Il a été saisi et sera transmis à un laboratoire judiciaire pour examen.

Dans les derniers jours, des voisins ont confié à CBC avoir entendu plusieurs coups de feu.

Un travail en solo

La GRC affirme que l'enquêteur, qu'elle refuse d'identifier, a commencé à enquêter sur les propos émis par M. Dunphy le 3 avril dernier.

« Ce message a été soulevé une préoccupation puisqu'elle était dirigée à l'endroit de politiciens provinciaux », soutient la GRC.

Le 5 avril, un agent s'est rendu à la résidence de M. Dunphy, à Mitchell Brook près du mont Carmel, pour enquêter sur ces remarques.

Avant de se rendre sur les lieux, l'officier aurait effectué une évaluation des risques de routine dans le cadre de ses fonctions.

La GRC soutient que l'agent a fait des recherches dans les bases de données de la police, s'est entretenu avec d'autres membres de la police et a fait une enquête dans le voisinage.

« L'officier a évalué le risque comme faible, sur la base de toutes les informations qu'il a amassées.Il a déterminé qu'une visite avec plusieurs agents n'était pas justifiée dans les circonstances », affirme la GRC.

La GRC dit poursuivre son enquête dans cette affaire.