NOUVELLES
07/04/2015 09:53 EDT | Actualisé 07/04/2015 09:53 EDT

Montréal: manifestation nocturne contre l'austérité interdite aux hommes

Radio-Canada

Une manifestation "interdite" aux hommes s'est déroulée mardi soir à Montréal, à l'invitation d'une organisation féministe, pour s'opposer aux mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

Quelques centaines de femmes se sont rassemblées à la place Norman-Bethune, près du campus Sir-George-Williams de l'Université Concordia, au centre-ville. Un fort cordon policier les a surveillées des deux côtés du cortège. Elles ont emprunté la rue Guy vers le nord.

Les policiers ont tenté de canaliser le trajet en bloquant la rue Sherbrooke à l'intersection de la rue McKay. Les manifestations sont restées là pendant une quinzaine de minutes avant de reprendre leur marche, criant leur indignation face à la tactique policière: "Ce n'est pas les hommes qui vont nous quoi faire".

Certains policiers n'ont pu s'empêcher d'être narquois. Un agent a lancé au manifestante: "Amenez une femme du SPVM pour leur parler. On ne les a pas engagées pour rien".

Les organisatrices avaient lancé un avertissement sur Facebook: les manifestants mâles et les journalistes masculins ne seront "pas tolérés" dans la marche. Il semble que le mot d'ordre a été respecté.

Plusieurs féministes préfèrent se regrouper en non-mixité, peut-on lire sur le groupe Facebook dédié à l'événement pour justifier le refus d'accueillir des manifestants masculins.

Depuis le début des manifestations contre l'austérité plusieurs groupes féministes ont sorti sur la place publique pour dénoncer les décisions du gouvernement et les répercussions qu'elles auraient plus particulièrement sur les femmes.

Ainsi, la Fédération des femmes du Québec soulignait récemment que les coupes au sein de l'appareil étatique touchent davantage les femmes, car ce sont elles qui composent le personnel des services publics à hauteur de 75 pour cent.

Selon l'organisme, les femmes sont aussi les premières victimes des compressions au sein des organismes communautaires.

La manifestation non-mixte de mardi soir est la première du genre dans le mouvement printanier contre l'austérité.

"Manifestons entre féministes de façon non-mixte pour dénoncer l'austérité patriarcale, les mesures gouvernementales sexistes, transphobes, homophobes, colonialistes et racistes, la culture du viol et nos oppressions quotidiennes", ont écrit les organisatrices de l'événement pour expliquer leurs motivations.

L'événement a été planifié par le groupe des "Hyènes en jupons". Le site internet de l'organisation est décrit comme un espace où s'animent les "féministes radicales et anarcho-féministes".

Le refus d'accepter des manifestants de sexe masculin a provoqué bon nombre de réactions sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnes disent comprendre leurs motivations, mais estiment que d'exclure un sexe n'est pas une bonne stratégie.

"Si je me présente pour défendre cette cause (comme je l'ai toujours défendue) on va me demander de quitter sur la base de mon sexe masculin? C'est justement ça le sexisme. Unisson-nous au lieu de nous diviser", a ainsi laissé tomber un internaute sur un groupe Facebook dédié au "Printemps 2015".

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Manifestation nocturne du 27 mars 2015 à Montréal Voyez les images