NOUVELLES
07/04/2015 18:02 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Élections à l'Î.-P.-É. : les francophones se mêlent de la campagne

La campagne électorale n'est vieille que de deux jours à l'Île-du-Prince-Édouard que déjà une association francophone demande aux partis politiques de leur accorder une attention particulière.

Les dirigeants de la Société Saint-Thomas-d'Aquin (SSTA) ont déjà rencontré le chef du Parti libéral, Wade MacLauchlan, pour lui faire part de leurs priorités. Ils doivent en principe rencontrer le chef du Parti progressiste-conservateur, Rob Lantz, mercredi.

Ces rencontres se font individuellement, en personne, et ont pour but d'étaler les priorités de l'organisme de défense des droits des francophones de l'île.

Le directeur général de la SSTA, Aubrey Cormier, espère que les partis politiques poursuivront dans la lancée des gouvernements précédents en matière de services en français au sein de l'appareil gouvernemental provincial.

C'est que le gouvernement libéral de Robert Ghiz a adopté et promulgué dans les dernières années une loi sur les services en français à l'île, et les francophones souhaitent maintenant que son successeur poursuive dans cette voie.

« C'est une bonne base, une bonne fondation sur laquelle on doit bâtir. J'espère qu'on va bâtir des relations avec le prochain premier ministre, peu importe qui va former le prochain gouvernement », affirme Aubrey Cormier.

Ce qui réjouit M. Cormier et l'organisation francophone, c'est que si l'histoire est respectée et que le gouvernement est soit libéral ou progressiste-conservateur, la province aura un premier ministre bilingue.

De fait, Wade MacLauchlan et Rob Lantz parlent le français.

« Je pense qu'on a fait d'énormes progrès dans les 30 dernières années. Avant, on ne pouvait pas se faire servir en français au gouvernement. Aujourd'hui, on peut discuter en français avec deux des principaux chefs », soutient M. Cormier.

Avec les informations d'Antoine Trépanier.