NOUVELLES
07/04/2015 11:29 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Disparition des glaciers en C.-B. et en Alberta

Soixante-dix pour cent des glaciers en Colombie-Britannique et en Alberta pourraient disparaître d'ici 2100, selon une étude publiée dans le journal scientifique Nature Geoscience.

L'étude réalisée sur 10 ans est le fruit d'une collaboration entre des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), de l'Université du nord de la Colombie-Britannique, de l'université de Victoria et l'Université d'Islande. Ils ont utilisé des simulations climatiques et des modèles informatiques pour formuler des prévisions détaillées de l'avenir des glaciers dans l'ouest du Canada.

D'après les données recueillies, la hausse des températures, causées notamment par les émissions de dioxyde de carbone (C02), entraînera des fontes plus importantes dans certaines régions.

Les glaciers de l'intérieur de la Colombie-Britannique et dans les Rocheuses pourraient perdre plus de 90 % de leur volume. Ceux de la côte nord-ouest de la Colombie-Britannique devraient « diminuer, mais survivre », selon l'étude.

L'auteur principal, le professeur émérite en glaciologie à UBC Gary Clarke, souligne que les écosystèmes d'eau douce qui s'alimentent de l'eau de fonte des glaciers en été subiront un impact majeur.

« Ces glaciers jouent un rôle de thermostat pour les écosystèmes d'eau douce. Une fois que les glaciers seront disparus, les ruisseaux se réchaufferont et cela changera énormément l'habitat d'eau douce », précise-t-il.

Gary Clarke soutient que ces changements pourraient mettre en péril les saumons qui frayent dans les ruisseaux touchés.

Impact hydroélectrique

La fonte prévue aura aussi un impact sur la production d'énergie hydroélectrique générée par des ruisseaux alimentés par les glaciers, et sur le tourisme dans les deux provinces.

Garry Clarke explique qu'il travaille déjà avec la compagnie BC Hydro pour planifier des changements à l'exploitation d'énergie hydroélectrique.

Il souligne toutefois que le changement climatique en Colombie-Britannique devrait provoquer une hausse de précipitations. La pluie pourrait alors combler le manque d'eau de fonte dans les rivières.

L'Athabasca est en danger

Le plus grand glacier du champ de glace Columbia dans le Parc national Jasper en Alberta pourrait disparaître presque entièrement dans les prochaines 85 années, selon l'étude.

Le glacier Athabasca est une source importante de fonte de neige et de glace pour les bassins des rivières Athabasca, Columbia et Saskatchewan. Le glacier, visité par des millions de personnes chaque année, perd présentement plus de cinq mètres de glace par an.

Si le taux d'émission de CO2 dans l'atmosphère augmente à 1370 parties par million (ppm) d'ici 2100, le glacier sera réduit à presque rien.

L'étude précise que le taux d'émission de CO2 est présentement près de 400 ppm.