NOUVELLES
07/04/2015 06:36 EDT | Actualisé 07/06/2015 01:12 EDT

Des manifestants cagoulés dans l'UQAM

Quelques dizaines de manifestants ont répondu à l'appel à la désobéissance de l'injonction obtenue par l'UQAM et quelques militants masqués ont entamé une tournée des salles de classe.

Les étudiants se sont réunis devant le local de l'Association facultaire des étudiants en sciences humaines (AFESH) au pavillon Judith-Jasmin, avant d'entreprendre une tournée des salles de classe.

L'UQAM a obtenu une injonction interdisant aux manifestants de bloquer l'accès à l'université ou aux salles de cours de l'institution.

L'appel à tous les manifestants lancé sur les réseaux sociaux met toutefois en garde les intéressés sur le fait que la manifestation pourrait entraîner des conséquences en raison de l'existence même de l'injonction. « Cette action n'est pas sans conséquence puisqu'il pourrait y avoir des accusations, mais elle s'avère essentielle pour la poursuite de toute lutte », prévient le texte de l'appel à la manifestation.

Pendant que des manifestants s'activent entre les murs de l'UQAM, des associations - comme l'Association facultaire des étudiants en langues et communications (AFELC) de l'UQAM - tiennent des assemblées de reconduction de la grève étudiante. L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), à laquelle sont affiliées plusieurs associations locales, a recommandé à ses membres de poursuivre la grève.

Les membres de l'AFESH, considérée comme la plus militante de l'UQAM, ont choisi de reconduire la grève. Réunis lundi après-midi à l'Église de l'Immaculée-Conception les membres présents ont voté pour une grève générale illimitée.