NOUVELLES
05/04/2015 17:04 EDT | Actualisé 05/06/2015 01:12 EDT

Yémen: les rebelles Houthis auraient arrêté 120 membres du parti rival, Al-Islah

SANAA, Yémen - Les rebelles shiites du Yémen, les Houthis, ont arrêté plus d'une centaine de membres d'Al-Islah, dont deux dirigeants, a déclaré le parti d'opposition dans un communiqué dimanche. Al-Islah, la branche locale des Frères musulmans et l'une des forces politiques traditionnelles du Yémen, a annoncé sur son site internet que deux de ses leaders — Mohammed Qahtan et Hassan al-Yaeri — avaient été arrêtés au cours de la nuit de samedi à dimanche, en même temps que 120 autres membres du parti. Al-Islah appuie la coalition menée par l’Arabie saoudite, qui tente de freiner par des bombardements l’avancée des rebelles houthis et de leurs alliés, parmi lesquels les forces de sécurité loyales à l'ancien président Ali Abdallah Saleh. La campagne dirigée par les Saoudiens, qui en est à sa 11e journée, tente d'éviter que les rebelles n'arrivent à prendre le contrôle d'Aden, la deuxième plus grande ville et un port stratégique au sud de ce pays de 25 millions d'habitants.Depuis septembre, les Houthis contrôlent la capitale du Yémen, Sanaa. Ils ont forcé le président en exercice, Abed Rabbo Mansour, à fuir, d'abord vers Aden, puis vers l'Arabie saoudite voisine.Dimanche, des responsables médicaux qui s'exprimaient de manière anonyme ont annoncé qu'au moins cinq civils étaient morts dans les bombardements aériens de Dhale, une ville du sud que les rebelles tentent de prendre pour se constituer un corridor d'accès à Aden. Apparemment, un missile serait tombé dans un secteur résidentiel. Des représentants de la coalition accusent les Houthis de se cacher parmi les civils.Pendant ce temps, les combats se poursuivent dans la province d'Aden entre les Houthis, leurs alliés et les comités populaires loyaux au président Hadi. La militante locale Maha el-Sayed a déclaré qu'au moins six membres de ses comités avaient été tués au cours d'affrontements violents dans la nuit de samedi à dimanche et 20 autres blessés, dont trois enfants. Mme el-Sayed a précisé que les combattants loyaux à Hadi avaient endommagé trois tanks utilisés par les rebelles et leurs alliés.Toujours dimanche, un représentant des autorités iraniennes — qui fournissent de l'appui logistique et matériel aux rebelles houthis — a demandé à la coalition dirigée par les Saoudiens de mettre un terme à ses bombardements.«Nous suggérons à l'Arabie Saoudite de tirer des leçons des interventions militaires américaines dans la région et d'arrêter immédiatement ses frappes militaires contre le Yémen», a déclaré vice-ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir Abdollahian sur le site de nouvelles conservateur namanews.com.