NOUVELLES
05/04/2015 19:37 EDT | Actualisé 05/06/2015 01:12 EDT

Une explosion revendiquée par un groupe extrémiste fait un mort au Caire

LE CAIRE, Égypte - L'explosion d'une bombe sur un pont menant à un quartier central et huppé du Caire a tué un policier et blessé au moins deux passants dimanche, quelques heures après que les forces de sécurités égyptiennes eurent tué le chef du groupe extrémiste Ajnad Misr qui a revendiqué l'attaque, selon les policiers.Un journaliste de l'Associated Press a vu un corps mutilé pendre d'un camion sur le pont du 15 mai, qui traverse le Nil pour relier le secteur de Gizeh à celui de Zamalek, situé sur une île au centre du fleuve. La plupart des ambassades y sont installées.Des dizaines de personnes se sont massées sur les lieux de l'attaque, criant de peur, de peine ou d'indignation. Plusieurs véhicules étaient également arrêtés, leurs vitres brisées. Le corps de la victime a été déchiqueté par l'explosion, a indiqué le ministère de la Santé, précisant que deux personnes avaient été blessées. Une mare de sang était visible sur les lieux.Le major-général Ihab Roushdy, chef de police adjoint du district ouest du Caire, a déclaré qu'un camion arrivant de l'extérieur de la ville s'est arrêté près de la guérite du policier pour lui demander des indications. L'explosion a alors eu lieu, tuant le policier et blessant un homme assis sur le siège du passager et une femme qui montait les escaliers en direction du pont. «Cela ne diminuera pas notre volonté. Nous allons continuer à combattre le terrorisme», a dit le major-général Roushdy à des journalistes près des lieux de l'attaque.Le groupe djihadiste Ajnad Misr, ou Soldats de l'Égypte, a revendiqué cet attentat quelques heures plus tard sur son compte Twitter, selon le SITE Intelligence Group. Des responsables des services de sécurité égyptiens ont dit être au courant de la revendication et en train d'enquêter sur celle-ci.Dimanche, un responsable a ajouté que le chef d'Ajnad Misr, Hamman Mohamed Attiyah, avait été tué lors d'une descente dans un appartement du Caire à l'aube. Les forces de sécurité surveillaient les faits et gestes de l'homme de 33 ans depuis quelque temps. Des armes à feu et des explosifs ont été trouvés dans l'appartement de Gizeh, dans l'ouest de la ville, selon le responsable, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.Les attentats visant généralement des policiers et des soldats sont désormais fréquents en Égypte, où des groupes djihadistes ont multiplié les attaques contre les forces de sécurité depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013. Les explosions dans la capitale sont généralement de faible puissance, et très rares à Zamalek.