NOUVELLES
05/04/2015 07:00 EDT | Actualisé 05/06/2015 01:12 EDT

Poursuite de la grève étudiante : l'ASSE entretient le suspense

La suggestion du comité exécutif de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) de reporter la grève à l'automne crée des remous à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, où les représentants des différentes associations membres sont réunis en huis clos ce week-end.

Peu de détails ont filtré depuis hier. Mais selon le quotidien La Presse, six membres du comité exécutif de l'ASSE ont démissionné en bloc dès l'ouverture du congrès.

Certains étudiants ont néanmoins fortement réagi sur les médias sociaux après la publication de cette nouvelle, laissant plutôt entendre que l'exécutif de l'ASSE avait été destitué.

L'ASSE doit, dans tous les cas, publier un communiqué en fin de journée pour faire le point sur la situation.

Les étudiants sont divisés sur la direction que doit prendre la grève, qui a perturbé les salles de classe dans plusieurs cégeps et universités depuis le 21 avril. Dans un texte de réflexion transmis à ses associations membres cette semaine, l'exécutif de l'ASSEÉ a admis songer à l'idée de reporter la grève, pour mieux la reprendre à l'automne avec les syndicats. Le rapport de force avec le gouvernement n'en serait alors que plus grand, faisait-il valoir.

Des militants du comité Printemps 2005 se sont toutefois opposés publiquement à cette idée, notamment lors de la manifestation de vendredi.

Les revendications des étudiants sont aussi multiples qu'ambitieuses. Ils réclament notamment l'annulation de toutes les mesures d'austérité imposées par le gouvernement de Philippe Couillard depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux en avril 2014, ainsi que l'imposition d'un moratoire sur l'exploitation des hydrocarbures sur le territoire québécois.

D'autres étudiants, associés à la Fondation 1625, s'opposent à la grève. Ses leaders multiplient d'ailleurs les recours juridiques pour obtenir des injonctions afin de permettre aux étudiants qui n'ont pas voté pour la grève d'assister à leurs cours.