NOUVELLES
05/04/2015 13:59 EDT | Actualisé 05/06/2015 01:12 EDT

La glace menace les champs le long du fleuve

Dame nature mène la vie dure aux agriculteurs qui vivent le long du fleuve Saint-Laurent. La glace recouvre une grande partie de leurs champs et ils anticipent des pertes importantes.

L'épaisse couche de glace qui s'est formée dans ses champs inquiète Jacques Fortin, un producteur bovin de Baie-des-Sables. « Quand il y a de la glace, ça empêche la respiration des plantes et les plantes meurent. Normalement, un couvert de neige ça permet aux plantes de survivre à l'hiver », explique l'agriculteur.

M. Fortin craint d'être obligé de semer ce printemps, ce qui lui coûtera très cher.

La glace avait également ruiné les plantations en 2013 alors que l'an dernier, c'était la sécheresse. Selon lui, l'assurance récolte n'est pas suffisante. « L'été 2013, on a eu 60 % de notre compensation souhaitée. En 2014, on n'en a pas eu puis tout le long du littoral, la perte était énorme, autant dans le foin que dans les céréales », se désole Jacques Fortin.

À Saint-Ulric, Daniel Reichenbach et son fils vivraient durement une autre perte financière. La glace d'il y a deux ans leur a causé pour 200 000 $ en dommages.

Malgré la compensation de la Financière agricole, son entreprise a tout de même absorbé une perte de 70 000 $ en 2013.

L'Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent demande à la Financière agricole de revoir les clauses du contrat d'assurance pour ce genre de problème. « Avec le réchauffement de la planète, c'est encore plus difficile que c'était », soutient le président, Gilbert Marquis.

Les réserves de fourrages pour les bêtes sont à sec et les producteurs doivent aller de plus en plus loin pour en trouver, ce qui fait augmenter les prix.