NOUVELLES
03/04/2015 06:37 EDT | Actualisé 03/04/2015 06:37 EDT

Plainte pour un viol inventé à Longueuil: Carole Thomas arrêtée

Radio-Canada

Carole Thomas, cette femme qui soutient avoir été violée à Longueuil en octobre dernier, a été arrêtée. Les policiers de la Sûreté du Québec disent avoir la preuve qu'elle a inventé toute cette histoire. Elle fera face notamment à des accusations de méfait public.

L'affaire avait été hautement publicisée en février dernier. Mme Thomas disait avoir été violée dans le même secteur où le corps de la jeune Jenique Dalcourt a été retrouvé deux jours plus tard.

Carole Thomas se plaignait du laxisme des policiers dans cette affaire. Elle leur reprochait de ne pas l'avoir rappelée, de ne pas avoir fait de portrait-robot.

La police de Longueuil semblait déjà à l'époque douter de la crédibilité de sa plainte. En entrevue à notre journaliste Sophie Langlois, leur porte-parole, Tommy Lacroix, lui avait dit:

« Il y a de grandes zones grises dans l'histoire de la dame. Je vous parle à mots couverts, madame Langlois, vous comprenez? Il y a de grandes lacunes dans la plainte initiale. » — Tommy Lacroix, police de Longueuil

Des irrégularités ont néanmoins été relevées dans le traitement de ce dossier : Radio-Canada avait aussi appris que les policiers avaient mis trois mois à faire analyser la trousse médico-légale de la victime.

Ladite trousse, qui peut contenir des éléments de preuve d'ADN, du sperme, des cheveux ou des ongles, n'a donc été envoyée aux fins d'analyse qu'en janvier, au moins deux mois après le dépôt de la plainte en octobre.