NOUVELLES
03/04/2015 06:11 EDT | Actualisé 03/06/2015 05:12 EDT

Cours interrompu à l'UQAM: l'université se penchera sur le dossier

PC

Si la tenue d’un cours a bel et bien été perturbée par des individus masqués et menaçants jeudi soir à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), l’injonction obtenue par l'institution mercredi a été violée et des mesures pourraient être prises.

C’est ce qu’a soutenu à La Presse Canadienne la porte-parole de l’UQAM, Jenny Desrochers, soutenant qu’elle n’avait toujours pas obtenu les détails de l’incident, l’université étant fermée pour le long congé pascal. Elle affirme que la direction de l’UQAM devrait examiner dès le début de la semaine prochaine les suites à donner à cet incident, s'il a eu lieu, et les mesures à prendre.

Selon le chargé de cours Daniel St-Pierre, un groupe de sept individus masqués ont fait irruption dans la salle au moment où il donnait un cours du département de Droit, et ils ont «intimidé» des étudiants. Ils ont exigé des étudiants présents qu'ils sortent de la classe, après avoir fermé les lumières.

M. St-Pierre explique que le groupe a quitté la classe après l'arrivée d'agents de sécurité. Il a par a suite décidé de mettre fin à son cours.

Véronique Leroux, étudiante du programme de baccalauréat en Droit, était présente. Toujours sous le choc des événements, elle a corroboré tard jeudi les propos de M. St-Pierre.

Mercredi, le juge Robert Mongeon a accordé à l'UQAM une injonction provisoire de dix jours.

L'objectif est d’empêcher temporairement le blocage de certains cours, notamment par des individus masqués.

Selon Daniel St-Pierre, l'événement de jeudi soir est en contravention avec l'injonction obtenue. Il espère que l'institution fera appliquer le document juridique.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Manifestation contre l'austérité à Montréal, 2 avril 2015 Voyez les images