NOUVELLES
02/04/2015 08:49 EDT | Actualisé 02/06/2015 01:12 EDT

Voiture dans une église à Shippagan : l'accusé va subir une évaluation psychiatrique

Un homme de Shippagan, au Nouveau-Brunswick, va subir une évaluation psychiatrique après être entré avec sa voiture dans une église.

L'homme a comparu en cour, jeudi après-midi, à Shippagan. Il a été accusé de méfait. La juge, Yvette Finn, a ordonné qu'il subisse une évaluation psychiatrique.

Le suspect, dont le nom est frappé d'un interdit de publication sera de retour en cour le 4 mai pour son audience sur la remise en liberté.

Selon son avocat, l'accusé demande de l'aide et il aurait déjà eu des pensées suicidaires.

La voiture a défoncé la porte de l'église de Shippagan, mercredi, vers 23 h, et causé d'importants dommages à l'intérieur. L'accusé a été arrêté sur place peu de temps après l'incident, précise la GRC.

Consternation dans la communauté

Camille André Mallet, chef du service d'incendie de Shippagan, explique ce qu'il a vu en arrivant dans l'église peu après l'incident. « Les ambulanciers étaient déjà en train de regarder au patient, le monsieur qui était à l'intérieur [de la voiture]. Réellement, elle était à l'intérieur. Elle avait passé tout simplement à travers le portail. Elle est allée directement à l'intérieur. Oui, il y a beaucoup de dommages », indique M. Mallet.

Raymond Lanteigne, qui est bénévole à l'église, est arrivé sur les lieux quelques minutes après les faits.

Mathieu Duguay, du Festival international de musique baroque de Lamèque, déplore les dommages à l'orgue.

« Je vous précise que l'orgue de l'église de Shippagan n'est pas un orgue Casavant, mais un instrument sorti des ateliers de la maison Guilbeault-Therrien de Saint-Hyacinthe en 1981, un nom de prestige en facture d'orgue en Amérique. Ce joyau musical faisait la fierté des gens de la région. Le devis fut réalisé par l'abbé Antoine Bouchard, jadis professeur d'orgue à l'Université Laval. Je reste ébranlé pas une telle perte », explique M. Duguay.

La mairesse de Shippagan, Anita Savoie-Robichaud, dénonce les dégâts. « C'est vandalisé, la partie centrale. Il a fallu qu'il s'y prenne à quelques reprises parce qu'il y a des marches à l'extérieur. Avec l'auto, il est entré en dedans. On voit qu'il a tourné sur lui-même et que ç'a brisé. L'orgue est éventré », dit-elle.