NOUVELLES
01/04/2015 20:50 EDT | Actualisé 01/06/2015 01:12 EDT

Les Canadiens recevront des messages d'urgence par la radio et la télévision

OTTAWA - La majorité des Canadiens recevront désormais les messages d'urgence en provenance de sources officielles par leur radio ou leur télévision, mais le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) déplore que certains distributeurs ne soient pas prêts à temps.Cinq entreprises — Bell, Bell Aliant, MTS, Shaw et Soetel — ont averti l'organisme fédéral qu'ils ne pourraient pas se plier à l'échéance qui était fixée au 31 mars. Le CRTC a rappelé que les clients pouvaient se tourner vers d'autres entreprises pour recevoir ce service sans avoir à donner un avertissement 30 jours à l'avance comme c'était le cas auparavant.Le CRTC estime que les entreprises ont eu déjà beaucoup de temps pour se conformer au nouveau règlement. Il leur a toutefois permis «avec réticence» de bénéficier d'une période d'adaptation supplémentaire de six mois.Les messages d'alerte d'urgence sont transmis par les responsables de la gestion des urgences, tels que les commissaires des incendies, les policiers et les responsables de la santé publique, afin d'avertir le public des dangers pour la vie et la propriété.Il peut par exemple être question d'alertes Amber ou d'avertissements concernant des tornades, des incendies de forêt, des inondations, d'une contamination de l'eau ou de désastres industriels.Les entreprises de distribution par câble et par satellite, les stations de radio, les stations de télévision en direct et les services de vidéo sur demande sont tenus de diffuser ces avertissements.«Nous ne cacherons pas cependant que nous sommes déçus que certaines entreprises de distribution de télévision ne soient pas prêtes malgré le délai plus que suffisant accordé par le CRTC. Nous allons les surveiller de près afin de nous assurer qu’elles sont en conformité dans les plus brefs délais», a affirmé le président et premier dirigeant de l'organisme, Jean-Pierre Blais.Bell a indiqué que les délais avaient été causés par des problèmes techniques. «Nous devons affronter des difficultés techniques pour implanter cette nouvelle technologie dans tous les services de Bell», a affirmé le porte-parole de l'entreprise, Scott Henderson.Les relations entre le CRTC et Bell ont été mises à rude épreuve dans les derniers jours.Le Globe and Mail révélait la semaine dernière que le président de Bell Kevin Crull était intervenu directement dans la salle des nouvelles du réseau CTV pour demander aux journalistes de ne pas présenter d'extraits de M. Blais dans les bulletins de nouvelles.Bell était irrité par les nouvelles règles imposées par le CRTC permettant aux clients de choisir leurs forfaits de télévision à la carte. M. Crull s'est finalement excusé pour s'être mêlé aux décisions éditoriales du réseau de télévision.