NOUVELLES
02/04/2015 13:15 EDT | Actualisé 02/06/2015 01:12 EDT

Le déficit commercial du Canada avec le monde a rétréci en février

OTTAWA - Le déficit commercial du Canada a diminué à 984 millions $ en février, soit davantage que prévu, une situation attribuable à l'augmentation des exportations d'énergie, a indiqué jeudi Statistique Canada.La valeur des exportations a progressé de 0,4 pour cent en février par rapport au mois précédent, pour atteindre 43,5 milliards $, tandis que les importations ont reculé de 0,7 pour cent, à 44,5 milliards $, a précisé l'agence fédérale.Cependant, cette amélioration était largement attribuable aux prix, puisque le volume des exportations a retraité de 3,3 pour cent et que celui des importations a glissé de 1,7 pour cent.Statistique Canada a en outre révisé ses chiffres sur le déficit de janvier à 1,5 milliard $ — par rapport à une estimation initiale de 2,5 milliards $ — en raison d'une mise à jour des chiffres sur les exportations d'énergie et de ceux de certaines importations.Les économistes misaient en moyenne sur un déficit commercial de 2 milliards $ pour février, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.Selon l'analyste Dina Ignjatovic, de la Banque TD, les chiffres de février représentent une agréable surprise, même si celle-ci est largement attribuable aux prix.«En tenant compte du rapport d'aujourd'hui, ainsi qu'aux autres données publiées récemment, l'activité économique du premier trimestre semble en voie d'être stable», a-t-elle indiqué dans une note à ses clients.Les exportations de février ont progressé dans cinq des onze secteurs étudiés, celui des produits de l'énergie en tête avec une hausse de 14,9 pour cent, grâce à une augmentation de 17,5 pour cent des prix, à 8,8 milliards $. Des croissances ont été observées pour le pétrole brut et le pétrole bitumineux brut, le gaz naturel et les produits pétroliers raffinés pour combustibles.L'augmentation des exportations de produits énergétiques a été contrebalancée par une chute de 15 ,1 pour cent des exportations de véhicules automobiles et de leurs pièces, à 5,9 milliards $.Entre-temps, les importations ont reculé dans sept des onze secteurs étudiés.Les importations de véhicules automobiles et de leurs pièces ont diminué de 4,7 pour cent à 7,5 milliards $ en février, tandis que les importations de machines industrielles ont régressé de 4,3 pour cent à 4,5 milliards $.«Même si le déclin prononcé des volumes d'exportations pourrait inquiéter pour les mois à venir, les données mensuelles sont tellement volatiles et sujettes aux révisions que, même avec le recul de février, les volumes d'exportations affichent malgré tout une progression de 5,5 pour cent par rapport à il y a un an», a écrit l'économiste Nathan Janzen, de la Banque Royale.«Nous continuons à nous attendre à ce que les exportations non énergétiques profitent particulièrement de la plus forte demande des États-Unis et de la nouvelle faiblesse du dollar canadien cette année, ce qui offrira un contrepoids bienvenu aux faiblesses attendues dans le secteur de l'énergie.»Les importations en provenance des États-Unis ont reculé de 1,2 pour cent à 29,8 milliards $ en février, tandis que les exportations à destination des États-Unis ont grimpé de 1,1 pour cent à 32,8 milliards $, ce qui a grossi l'excédent commercial du Canada avec ce pays à 2,9 milliards $, comparativement à 2,2 milliards $ en janvier.Les exportations destinées au reste du monde ont régressé de 1,5 pour cent à 10,8 milliards $ en février, tandis que les importations ont avancé de 0,3 pour cent à 14,7 milliards $. Le déficit commercial avec le reste du monde est ainsi passé à 3,9 milliards $ en février, par rapport à celui de 3,7 milliards $ de janvier.