NOUVELLES
02/04/2015 13:14 EDT | Actualisé 02/06/2015 01:12 EDT

L'attaque contre une université du Kenya aurait fait plus de 70 morts

NAIROBI, Kenya - Plus de 70 personnes ont été tuées jeudi quand des djihadistes du groupe Al-Shabab ont attaqué une université du nord-est du Kenya, dans le cadre de l'offensive la plus sanglante jamais lancée par le groupe contre ce pays d'Afrique de l'Est. Quatre des assaillants présumés ont été abattus.La crise se poursuivait en soirée, puisque les assaillants détiennent maintenant un nombre inconnu d'otages.Lors de l'attaque, des djihadistes masqués ont séparé les chrétiens des musulmans sur le campus de l'université de Garissa, avant de les abattre de sang-froid, ont raconté des survivants. Des centaines d'étudiants manquent toujours à l'appel.Au moins 79 personnes ont été blessées, a dit le ministre de l'Intérieur Joseph Nkaissery. L'école se trouve à 145 kilomètres de la frontière avec la Somalie. Il a dit aux journalistes que le nombre total d'assaillants n'est pas connu et que les combats se poursuivent sur le campus de l'université de Garissa.Le ministre a imposé un couvre-feu entre la tombée et le lever du jour à Garissa et dans les comtés voisins de Wajir, Tana River et Mandera.Al-Shabab a revendiqué l'attaque.Les forces de l'ordre kényanes ont encerclé les assaillants dans un dortoir et le président Uhuru Kenyatta a déclaré, lors d'un discours à la nation, qu'ils détiennent des otages.Un porte-parole d'Al-Shabab a revendiqué la responsabilité de cet attentat. Ali Mohamud Rage a déclaré à la radio que les combattants du groupe mènent une «forte» opération militaire sur le campus.Les policiers kényans croient que l'attaque a été orchestrée par Mohammed Mohamud, qui serait responsable des raids d'Al-Shabab au Kenya, et une récompense de 220 000 $ US est maintenant offerte pour sa capture. L'homme serait un ancien enseignant dans une école coranique et il a revendiqué un attentat contre un autocar qui a fait 28 morts à Makka, au Kenya, en novembre.Un autre assaillant aurait été arrêté en tentant de prendre la fuite.Des survivants ont relaté à l'Associated Press une attaque terrifiante pendant laquelle les victimes ont été abattues sans pitié. D'autres ont dit avoir tenté d'échapper aux balles qui sifflaient.L'attaque a débuté vers 5 h 30, au moment des prières du matin à la mosquée de l'université. Ceux qui y participaient n'ont toutefois pas été ciblés. Certains des blessés les plus grièvement touchés ont été transportés vers la capitale, Nairobi. Un témoin a raconté avoir vu au moins cinq hommes cagoulés et lourdement armés. Un autre a raconté que les assaillants exécutaient systématiquement tous les chrétiens qu'ils rencontraient, en épargnant les musulmans.Les coups de feu ont rapidement semé la panique. Les étudiants terrifiés se sont précipités dehors, certains étant très légèrement vêtus. Des échanges de tirs nourris ont ensuite éclaté entre les assaillants et les forces de l'ordre appelées en renfort.L'est et le nord du Kenya, des régions qui partagent une frontière avec la Somalie, ont subi plusieurs attaques de rebelles d'Al-Shabab. Ceux-ci crient vengeance contre le Kenya qui a déployé en Somalie des troupes pour les combattre, en 2011.La police kenyane affirme que de 2012 à 2014, les attaques d'Al-Shabab au Kenya ont fait 312 morts. Le bilan est maintenant plus lourd que celui de 67 morts survenu quand Al-Shabab a attaqué le centre commercial Westgate Mall de Nairobi en septembre 2013.