BIEN-ÊTRE
02/04/2015 05:01 EDT | Actualisé 02/04/2015 05:46 EDT

L'humanitaire au cœur des gazelles

Mélanie Pinto

Les gazelles ont une caravane qui se déplace de village en village durant le Rallye Aïcha des Gazelles depuis 2001. Cette année, des habitants de huit villages du sud du Maroc ont pu bénéficier de visites médicales, soins et traitements.

Youssef, 8 ans, est sourd. À l'âge de deux ans, ce petit marocain d'un village du sud du Maroc a eu une grippe. N'ayant pas reçu de soin ni de traitement pour le guérir, l'infection a bloqué le système auditif de son oreille interne. Il n'entend plus rien depuis. Le diagnostic de sa surdité a été établi cette année, lors d'une visite médicale de la caravane médicale et humanitaire Coeur de Gazelles.

L'association Coeur de Gazelles est née autour du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc en 2001. Marina XX, la fille de Dominique Serra, organisatrice et présidente du Rallye Aïcha des Gazelles en est la marraine. La caravane se déplace au fil du rallye et s'arrête dans chaque village que l'événement traverse. Des médecins, gynécologues, pédiatres, infirmières et depuis cette année, des neurologues embarquent pour dispenser des consultations médicales à la population, mais aussi apporter des soins et prescrire des médicaments.

Aujourd'hui, jeudi 2 avril, ils sont au village de Foum Zguid dans le désert marocain. Dans une petite pièce de 10 mètres carrés et de la terre battue sur le sol, Khadidja, jeune femme de 31 ans, célibataire, se présente et se plaint de douleurs abdominales et de ne pas avoir son cycle menstruel de façon régulière.

Catherine, gynécologue à la retraite, originaire de Lyon, en France, lui pose plusieurs questions sur ses symptômes. Grâce à Hasma, sage femme marocaine de Sidi Slimane, qui lui sert de traductrice et d'assistante, elle comprend qu'elle aurait un kyste à l'ovaire. Les trois femmes se dirigent dans une petite salle, où sont disposés deux tables d'auscultation et un appareil de radiologie « un peu vieillotte, mais qui fait l'affaire », souligne la gynéco, bénévole de l'association depuis deux ans.

Avec beaucoup de délicatesse, Catherine examine la jeune Marocaine. « En effet il y a bien un kyste, mais malheureusement je ne peux rien faire aujourd'hui. Par contre, je peux lui donner un traitement pour trois mois qui la soulagera. Mais il faudra qu'elle aille dans un hôpital prochainement pour se faire suivre », conseille Catherine. « Malheureusement, on ne peut pas faire plus que ça pour ces femmes qui viennent nous voir. C'est parfois assez frustrant, mais on fait ce qu'on peut ».

Ces femmes de cœur sont confrontées à des cas horribles. Cette année, durant leurs consultations, Catherine et sa consoeur Hélène ont décelé chez deux femmes une malformation fœtale. Elles les ont donc référées au système de santé marocain, « mais on ne peut vraiment rien y faire. Soit ces femmes perdront leurs enfants durant la grossesse, soit à la naissance », confie avec beaucoup de tristesse le médecin.

Prévention contre l'Alzheimer

De l'autre côté de l'entrée de la maison en terre se trouve un bureau. À l’intérieur de celui-ci se trouve Najib Kissani, chef de service de neurologie du CHU de Marrakech. Il est là pour faire de la prévention autour de la maladie d'Alzheimer. Une première pour lui, mais aussi pour le Coeur de Gazelles. « Hier, 92 personnes ont été sensibilisées à cette maladie, 25 cas été consultés, et un cas d'Alzheimer a été diagnostiqué. C'est une personne âgée qui est au stade avancé, 8 sur 10. Elle ne se lave plus, transporte des pierres au cœur de sa poitrine, qui se déplace à genoux et qui peut devenir agressive. Elle est dangereuse pour elle-même, mais aussi pour les habitants de son village », estime Najib.

Si pour certains cas, l'association ne peut rien faire, elle a été très touchée par le handicap du petit Youssef. « Alors on a décidé de lancer un appel aux dons pour payer l'opération chirurgicale de Youssef qui ne pourra se faire qu'à Londres. Cela coûte 6 000 euros. Et si l'appel aux dons ne suffit pas pour payer, Coeur de Gazelles complètera l'appel aux dons », assure Jonathan, le fils de Dominique Serra, impliqué dans le rallye de sa maman depuis son plus jeune âge.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoRallye Aïcha des Gazelles 2015 Voyez les images