NOUVELLES
02/04/2015 18:52 EDT | Actualisé 02/06/2015 01:12 EDT

Gregory Charles à New York : beaucoup d'espoir malgré des problèmes techniques

Au coucher du soleil mercredi, quelques centaines de personnes ont fait leur chemin jusqu'au fleuve Hudson, à New York, pour voir Gregory Charles en spectacle.

Pendant les cinq prochaines semaines, le musicien québécois tiendra l'affiche dans son propre théâtre installé à New York.

« Vous connaissiez Gregory Charles », demandons-nous à un spectateur à la sortie. Réponse : « Non, mais c'était bon. »

Le coup d'envoi du spectacle s'est fait modestement, sans publicité. Gregroy Charles mise sur le bouche-à-oreille et sur un concept unique, qui incite le public à interagir avec lui grâce à leur appareil intelligent.

« Nous avons monté la structure, mais c'est la première fois que nous avons vu le spectacle. C'était fantastique », explique un des employés qui a participé au montage de la structure.

Même si sur Broadway, le public peut assister à des centaines de productions chaque soir, la proposition de Gregory Charles est unique, selon Justin Silverman, un journaliste du New York DailyNews.

« Le problème sur Broadway, c'est que tout le monde est sur son téléphone pendant le spectacle. Ici, c'est génial parce que c'est encouragé », explique-t-il.

Quelques problèmes techniques

Toutefois, en cette soirée de première, les spectateurs n'ont pas tous adhéré au concept.

« Nous avons compris sur le tard. Nous devrions connaître la technologie, mais ce n'est pas le cas », raconte un spectateur.

La première représentation a été marquée par de nombreux problèmes techniques, mais Gregory Charles n'a pas flanché au grand plaisir d'une admiratrice venue du Québec.

« Je me suis dit que ça n'avait pas de bon sens, car je n'ai pas eu la chance de voir son spectacle à Montréal. Il commence à New York, j'adore New York et, là, il faut que je vienne voir Gregory. Il communique son amour pour la musique, sa passion pour la musique. »

C'est au cours des prochaines semaines qu'on pourra mesurer les effets de l'incursion de Gregory Charles en sol américain.

« Ça dépendra de la publicité qu'il obtient, s'il y a un engouement et si les gens en parlent », ajoute Kara Bloomgarden-Smoke, journaliste au New York Observer.

Avec les informations de Tanya Lapointe