DIVERTISSEMENT
02/04/2015 02:48 EDT | Actualisé 02/04/2015 02:48 EDT

Les films à l'affiche dès le 3 avril 2015: La dame en or, Dangereux 7, Des étoiles...(PHOTOS)

Pendant que Vin Diesel revient derrière le volant dans le septième opus de la série Dangereux (Furious), Michel Houellebecq est kidnappé et le réalisateur Simon Curtis explore une histoire où se mêle l'art et les cicatrices laissés par le régime nazi.

Voici les films qui sortent en salle cette semaine, présentés en collaboration par le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca.

Galerie photo Les films de la semaine - 3 avril 2015 Voyez les images

LA DAME EN OR

États-Unis. 2015. 110 min.

Drame historique de Simon Curtis avec Helen Mirren, Ryan Reynolds, Daniel Bruhl, Tatiana Maslany, Max Irons, Katie Holmes, Allan Corduner, Antje Traue, Elizabeth McGovern.

Californie, 1998. À la mort de sa sœur aînée, Maria Altmann découvre une lettre faisant référence à un portrait de leur tante Adèle par Gustav Klimt. Recouverte de lanières d'or, cette toile, dérobée par les nazis dans l'appartement de sa famille à Vienne, est aujourd'hui exposée au Palais du Belvédère, le plus prestigieux musée de la ville. Déterminée à ce qu'on lui restitue le tableau, évalué à 130 millions de dollars et considéré comme la « Mona Lisa autrichienne », la boutiquière juive entame une bataille juridique avec Randy Schoenberg, un jeune avocat inexpérimenté, mais plein de bonne volonté. Surmontant son traumatisme, la vieille dame consent à retourner dans son pays natal, Randy l'ayant convaincue que sa présence fera sensation auprès de la presse locale. Sitôt arrivé à Vienne, le duo reçoit l'aide inespérée d'un journaliste, qui s'y entend pour déjouer les pièges bureaucratiques. Au fil de son combat, qui s'étalera sur plusieurs années, Maria se remémore sa jeunesse auprès de son père adoré et de sa tante idéalisée, ainsi que les circonstances de sa fuite vers les États-Unis avec son mari, peu avant la fin de la guerre.

Cette histoire fascinante, qui fait écho à THE MONUMENTS MEN et au documentaire THE RAPE OF EUROPA, méritait mieux que ce drame lisse, manichéen et sentimental, du réalisateur de MY WEEK WITH MARILYN. Helen Mirren campe avec aplomb une dame résiliente au verbe mordant, face à un Ryan Reynolds convaincu, à défaut d'être toujours convaincant.

DANGEREUX 7

États-Unis. 2015. 137 min.

Thriller de James Wan avec Vin Diesel, Paul Walker, Jason Statham, Kurt Russell, Dwayne Johnson, Michelle Rodriguez, Ludacris, Lucas Black, Djimon Hounsou, Nathalie Emmanuel.

Laissé à moitié mort par Dominic Toretto et son clan de voleur de voitures as du volant, le criminel Owen Shaw gît sur un lit d'hôpital à Londres. Déterminé à le venger, son frère Deckard Shaw commet des attaques vicieuses contre les membres de la famille de Toretto, notamment contre sa sœur, son beau-frère et leur petit garçon. Une aide inespérée leur parvient en la personne de Frank Petty, agent des services secrets américains aux ressources impressionnantes. Il promet assistance à Dominic, en échange de quoi ce dernier devra libérer une talentueuse informaticienne, nommée Ramsey, qui a mis au point un logiciel de surveillance ultra-perfectionné baptisé « God's Eye ». La jeune femme est en effet retenue prisonnière par Jakande, un dangereux terroriste, au milieu des inatteignables montagnes de l'Azerbaïdjan. Le clan de Dominic se reforme donc pour cette dangereuse mission.

Réalisé par James Wan (SAW, THE CONJURING), ce septième opus mise tout sur le spectaculaire tonitruant. Du coup, l'ensemble, malgré son énergie et son humour, est desservi par un style épileptique, des nouveaux personnages à peine dessinés et trop d'invraisemblances. L'interprétation, tout en puissance et en émotions sommaires, reste égale à elle-même.

DES ÉTOILES

France. 2013. 85 min.

Drame de Dyana Gaye avec Marème Demba Ly, Souleymane Seye Ndiaye, Ralph Amoussou, Major West, Babacar M'Baye Fall, Mata Gabin, Maya Sansa, Sokhna Niang.

Sophie quitte son Sénégal natal afin de retrouver à Turin son mari Abdoulaye, parti un an avant elle dans le but de préparer sa venue. Elle est accueillie par la femme qui, jusqu'à tout récemment, partageait l'appartement et le lit de son mari. Celle-ci lui annonce qu'Abdoulaye est parti sur un chantier en France. Or, le jeune homme vient de débarquer à New York en compagnie de son cousin. Trahi par ce dernier, Abdoulaye tente de survivre dans la jungle de Manhattan et trouve une main secourable en la personne de Sy, proche ami d'une restauratrice partie au Sénégal avec son fils Thierno, afin d'enterrer son mari. Tandis que Thierno découvre le pays de ses origines et cherche un piano pour y exercer son talent, Sophie obtient l'aide d'une Italienne charitable, qui l'accueille chez elle et l'aide à trouver un travail.

Sur l'exil, l'identité, le besoin de trouver sa place dans le monde, la Franco-Sénégalaise Dyana Gaye a réalisé un petit film de cœur qui, entre l'espoir et la désillusion, suit les trajectoires de trois étoiles. Sa caméra attentive reste proche des visages, des expressions, donnant ainsi au film l'allure d'un documentaire clandestin fictionnalisé.

L'ENLÈVEMENT DE MICHEL HOUELLEBECQ

France. 2014. 92 min.

Comédie de Guillaume Nicloux avec Michel Houellebecq, Luc Schwarz, Maxime Lefrançois, Mathieu Nicourt, Ginette Suchotzky, André Suchotzky, Marie Bourjala, Karim Achoui, Ian Turiak, François Samuelson, Françoise Lebrun.

Enlevé par trois truands minables, l'écrivain français Michel Houellebecq se retrouve enfermé dans la maison des parents d'un des ravisseurs. Bien que ceux-ci agissent à visage découvert, le romancier n'est nullement craintif pour sa vie et en vient même à sympathiser avec ses geôliers qui font tout pour le rassurer. Il faut dire que ces derniers se montrent très attentionnés à son égard, s'excusant de devoir l'enchaîner à son lit et répondant du mieux qu'ils peuvent à ses demandes. Les jours passent et personne ne s'étonne de la présence de l'otage, pas plus les parents que le médecin venu ausculter l'auteur. Toutefois, une inquiétude persiste : le mystérieux commanditaire du kidnapping tarde à appeler et les trois apprentis malfrats en viennent à douter qu'ils seront payés.

Librement inspirée d'un fait divers, cette comédie accumule les situations surréalistes, mais en les abordant de manière naturaliste, voire documentaire. Ce décalage entre la gravité du sujet et le traitement ludique fait du film de Guillaume Nicloux une perle d'humour absurde. Débitant des dialogues souvent jouissifs, les interprètes offrent un jeu bluffant de naturel.

LAST KNIGHTS

États-Unis. 2015. 115 min.

Aventures de Kazuaki Kiriya avec Clive Owen, Aksel Hennie, Morgan Freeman, Cliff Curtis, Tsuyoshi Ihara, Ayelet Zurer, Peyman Moadi, Ahn Sung-Ki.

Au Moyen Âge, dans une vaste contrée multiethnique, le seigneur Bartok est sommé de se rendre au château de l'empereur pour lui rendre hommage. Mais à son arrivée, il froisse l'influent ministre Gezza Mott en refusant de lui verser un pot de vin. S'ensuit un combat au cours duquel Bartok, bien qu'affaibli par une maladie incurable, passe près de tuer le ministre corrompu. Traduit en justice devant l'empereur, le vénérable seigneur est condamné à mort et, à la suggestion de Mott, exécuté par son propre commandant et héritier présomptif, le vaillant Raiden. De retour chez lui, ce dernier, rongé par la culpabilité, renoue avec les démons de l'alcool et repousse son épouse, qui ne le reconnaît plus. Le lieutenant de Raiden, ainsi que ses hommes, n'ont toutefois pas renoncé à se venger de l'infâme Gezza Mott. Lequel, en proie à la paranoïa, a réquisitionné des milliers de soldats pour le défendre.

Le Japonais Kazuaki Kiriya (l'inédit GOEMON) dirige une distribution internationale mal assortie dans ce drame médiéval épique au récit archiconnu, qui étire la sauce au moyen d'un artifice scénaristique tout aussi usé. Morgan Freeman confère toutefois une certaine prestance à l'entreprise, et la mise en scène possède la vigueur requise.

THE WRECKING CREW

États-Unis. 2008. 101 min.

Documentaire musical de Denny Tedesco.

L'histoire de Wrecking Crew, un groupe de musiciens de studio formé au fil des ans par Leon Russell, Carol Kaye, Harry Nilsson, Glen Campbell et plusieurs autres, qui ont notamment accompagné Frank Sinatra, Nat King Cole, les Byrds, Sonny and Cher et les Beach Boys.