Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Conflits étudiants: Blais invite les recteurs à expulser des étudiants... et nuance ses propos (VIDÉO)

Le ministre de l'Éducation, François Blais, a invité les recteurs à expulser des étudiants qui perturbent les activités sur les campus universitaires.

M. Blais a affirmé dans une entrevue à la radio que dans les cas où les perturbations vont trop loin, notamment quand les accès aux édifices sont bloqués, les recteurs doivent utiliser les sanctions qui sont à leur portée.

Se défendant de "jeter de l'huile sur le feu", M. Blais a plutôt estimé que pareille mesure aurait plutôt pour effet de refroidir les ardeurs des éléments perturbateurs.

Le ministre est revenu sur ses propos à la sortie du Conseil des ministre. Il a affirmé ne pas promouvoir de « quotas d'expulsion », mais invité de nouveau les recteurs à imposé des sanctions.

M. Blais avait affirmé que recourir aux sanctions permettrait une prise de conscience parmi les étudiants qui sont en grève pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement libéral.

Il s'était notamment indigné notamment des perturbations à l'Université du Québec à Montréal, où des étudiants ont bloqué les accès lundi.

Sur les ondes de la station de radio CHOI, de Québec, M. Blais a expliqué qu'il a invité les recteurs à utiliser les mesures disciplinaires dont ils disposent.

"Il y a des règlements disciplinaires et ça peut aller jusqu'à l'expulsion, ils peuvent le faire. S'ils le faisaient pour deux ou trois personnes par jour, ça refroidirait, je pense, les ardeurs de certains. Sans mettre donc de l'huile sur le feu, c'est des endroits où il y a beaucoup de personnes, sur un campus, il y a 40 000 personnes souvent sur un grand campus", a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 28 mars 2015

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.