BIEN-ÊTRE
31/03/2015 07:20 EDT | Actualisé 31/03/2015 07:23 EDT

Deux infirmières de l'Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme au Rallye Aïcha des Gazelles

Mélanie Pinto/Le Huffington Post Québec

Pascale et Stéphanie (40 et 39 ans) ont troqué seringues, compresses et trousse médicale pour un 4X4, des boussoles et une carte de navigation. Ces deux infirmières québécoises de l'Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme se sont lancé un drôle de défi : braver le désert marocain en participant au Rallye Aïcha des Gazelles, un rallye automobile 100% féminin. Elles forment l’un des 158 équipages de la 25e édition et figurent parmi les 12 courageuses québécoises à vivre une aventure physique et morale intense.

La première à avoir entendu parler de cet événement, c'est Stéphanie. En 2005, alors qu'elle était en vacances à Essaouira, une ville côtière du Maroc. « J'étais tranquillement sur la plage, lorsque j'ai vu arriver une centaine de 4X4. C'était l'arrivée du rallye », se souvient-elle. Collègues depuis trois ans, Pascale et Stéphanie se découvrent une passion commune pour l'aventure. Stéphanie lui raconte alors son anecdote vécue sur la plage d'Essaouira dix ans plus tôt. Pascale connaissait le concept, elle trouve ça génial. C'est parti!

En 2012, elles se rendent toutes les deux à la séance d'information organisée au Québec. Coup de foudre. « Nous sommes tombées en amour avec le rallye. C'était décidé. On allait le faire ! ». Seul hic, les finances. Un projet comme celui-ci coûte 35 000 $ environ. La première moitié va à l'organisation pour les frais d'inscriptions et tout ce que regroupe le rallye. L'autre moitié est dédiée à la location du 4X4 (ou l'achat pour les plus aisées), les frais de déplacement, l’équipement et tout ce dont les gazelles auront besoin durant leur aventure.

Elles décident alors de récolter des fonds. « Et c'est la partie la plus compliquée et décourageante de l'aventure », estime Stéphanie. À défaut de trouver assez de commanditaires, les Québécoises prennent le taureau par les cornes et font un tas de petites choses pour récolter assez d'argent pour vivre leur rêve : vente de cupcakes, serveuses à l'hôpital, économies mensuelles... Elles font énormément de sacrifices.

« Nos amis nous ont beaucoup soutenues, autant financièrement que moralement. Ils nous suivent quotidiennement. Ils vont sur le site officiel du rallye et savent même quand on s'écarte des balises ! C'est fou ! On le sait, car ils nous envoient des courriels qu'on reçoit le soir en rentrant au bivouac. D'ailleurs, merci à vous, ça nous donne du courage pour la suite », lance Stéphanie.

La seule crainte que Pascale, la pilote de l'équipage, avait, c'était la chaleur. « Moi j'aime le froid ! J'aime pas avoir trop chaud. Mais finalement, c'est supportable ». Pour ce qui est du stress, de la fatigue et de l'effort physique, ça ne leur pose aucun souci. « Dans notre métier, il faut trouver des solutions rapidement face à n'importe quelle situation. On a l'habitude de ça. Je pense que c'est un atout. Et l'adrénaline qui monte lorsqu'on aperçoit au loin la balise, c'est juste énorme. Vendredi on a perdu trois heures à cause d'une panne mécanique. Mais on s'est dit qu'on allait trouver un point positif chaque jour malgré les galères ».

Positive attitude au maximum donc. Sauf peut-être après le premier marathon? En rentrant au bivouac, sur la ligne d'arrivée, les deux infirmières étaient vraiment exténuées et pas très satisfaites. « Alors, ça s'est bien passé ? » « Je ne suis plus capable là. Je n'ai qu'une envie, c'est d'aller me coucher, sans souper ! Je suis plus capable ». Pourtant, ces deux gazelles québécoises devront se remettre en route rapidement pour le second marathon du rallye avec une nouvelle nuit à la belle étoile en autonomie dans le désert. Et puis, c'est surtout l'anniversaire de Pascale...

Comme pour les médecins québécoises, vous pouvez envoyer des courriels à Pascale et Stéphanie pour les encourager en passant par le site officiel du rallye. Le numéro de leur équipage est le 170.

Rallye Aïcha des Gazelles 2015


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter